Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Objection contre la Dcc 17-082 du 13 avril 2017 : Les étudiants réclament le Professeur Djogbénou

JPEG - 37 ko

Privés de leur enseignant de droit, Joseph Djogbénou, suite à la décision Dcc-082 du 13 avril 2017, les étudiants de la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de l’Uac montrent leur désapprobation. Munis de pancartes, ils ont battus le macadam vendredi dernier au campus universitaire d’Abomey-Calavi pour dénoncer, disent-ils, le « caractère confusionniste » de la décision de la Cour sur le cumul de fonction. Pour ces derniers, il apparait dans la Dcc 17-082 du 13 avril 2017, des éléments de confusion entre la notion d’emploi public et celle d’une mission d’enseignement. Ils se réfèrent à la Dcc 15-051 du 03 mars 2015 qui définit l’emploi public comme « une activité salariale », puis se fondent sur le fait que les services comptables de la Faculté n’auraient payé aucune rémunération spécifique au Professeur Joseph Djogbénou, pour objecter. « Tous les éléments constitutifs d’un emploi public ne sont pas réunis pour une qualification juridique en ce sens de l’enseignement par le Professeur Djogbénou. Par conséquent, il y a lieu de relever qu’il s’agit d’une confusion entre une fonction emploi et une mission d’enseignement », a déclaré le porte-parole des manifestants, Moussa Lawani. A cette occasion, ces derniers ont rappelé que le ministre Joseph Djogbénou n’est pas la première autorité à donner les cours à l’Université, sans que cela ne puisse poser un problème, au nom du droit à l’éducation. Les protestataires en veulent pour preuve les cas de Géraud Amoussouga, Dorothée Cossi Sossa, Robert Dossou, et même Théodore Holo. Ils en appellent alors à la clairvoyance des sages de la Cour Constitutionnelle. « Aucune décision, soit-elle constitutionnelle, ne peut méconnaître notre droit à l’éducation de qualité, sans pour autant nous émouvoir. Nous réclamons le revirement jurisprudentiel de la Décision Dcc 17-082 du 13 avril 2017 », a ajouté Moussa Lawani. Le Chef du cabinet du Recteur, le Professeur Dossou-Yovo et le Vice-doyen de la Fadesp, le Professeur Montcho, ont reçu la déclaration des étudiants, respectivement pour le Rectorat de l’Uac et le décanat de la Faculté.

22-05-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
« Qui va loin ménage sa monture ». S’inspirant de cette sagesse populaire, elle engage les grandes manœuvres. Dans la perspective des scrutins à (...) Lire  

En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les indésirables sacs plastiques
12-06-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)