Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Pollution du cours d’eau Djonou : Les ressources halieutiques menacées

Sous le pont qui relie Godomey à Abomey-Calavi, l’insalubrité gagne du terrain et menace l’existence du cours d’eau, Djonou. Au quotidien, des déchets ménagers y sont jetés, polluant ainsi l’atmosphère et le Lac Nokoué.

JPEG - 195.7 ko

Sacs dégradés, oranges pourries, déchets de légumes, emballages d’insecticides jonchent le versant du cours d’eau Djonou, au milieu des herbes. C’est un décor qui repousse, eu égard à l’odeur nauséabonde qui accueille les usagers de la route Godomey-Calavi, en attente d’un taxi ou venus s’approvisionner aux environs. Au regard de la quantité de déchets qui s’y jettent de jour comme de nuit, ce dépotoir sauvage déborde et rend insalubre l’espace destiné aux piétons sur cette infrastructure routière.
Au dire de Mathieu Medessou, un soudeur ayant son atelier à quelques pas du pont, l’incivisme s’est accentué ces dernières années. « Au début, les gens venaient dans la journée mais nous leur avons interdit cela. Ils attendent donc la nuit pour venir jeter les ordures dans le cours d’eau et à ses abords. Ils enlèvent même les plaques d’interdiction que nous mettons. Cela fait déjà 3 ans que ça dure », a-t-il fait savoir.

De l’incivisme aux risques d’intoxication alimentaire
Plusieurs milliers d’usagers empruntent ce pont dans une journée. Aux heures de pointe, les automobilistes découvrent et déplorent le phénomène. Puis, plus personne ne semble s’en préoccuper, sauf quelques riverains, comme Aboudou Mèdédjikouè, contraint de faire le « gardiennage » pour appréhender les auteurs de cette pollution. Il lui est même arrivé de conduire certaines personnes au commissariat de Godomey- hlacomey. Mais ses plaintes, dit-il, sont restées sans suite. « Quelque fois, nous en arrivons aux mains. C’est moi qui assure l’entretien des alentours du pont et du cours d’eau. D’autres personnes vont jusqu’à jeter des matières fécales emballées dans des sachets dans le cours d’eau. Le cours d’eau est rempli de déchets », affirme Aboudou Mèdédjikouè.
Pourtant, la dégradation de ces déchets dans le cours d’eau est source de pollution du lac Nokoué, principale source de production de ressources halieutiques au Bénin. « Les déchets solides comme liquides, empêchent la croissance des espèces halieutiques que sont les poissons et sont sources de plusieurs maladies du fait de la pollution. Si rien n’est fait, nous assisterons à la disparition de ces espèces halieutiques car même le lac nokoué est également pollué », alerte Gervais Atchadé, Docteur en hydro-climatologie, qui en appelle à une prise de conscience collective. « Il faut éduquer la population à l’appropriation des biens communs à travers des actions communes pour préserver ces ressources. Il faut dépasser l’étape de sensibilisation et arriver à la phase du pollueur –payeur », ajoute-t-il.
Les populations sont exposées aux effets environnementaux et sanitaires de cette pollution. Certains riverains disent n’avoir pas d’autres endroits pour se débarrasser de leurs déchets ménagers. Ceux qui ont conscience du mal interpellent plutôt les autorités à divers niveaux. « Il faut commencer par punir les personnes de mauvaise foi. Le choléra est à nos portes. Que les autorités communales nous aident à trouver des sites appropriés aux ordures », martèle Désiré Totin, conseiller local à Godomey- ylomahouto qui se désole du comportement de ses administrés. Cependant, de la parole à l’acte, il y a un fossé. En attendant, Djonou continue de recevoir des balles d’ordures, jusqu’à ce que le cours d’eau en soit comblé ou les autorités locales ou communales ne s’en rendent compte.
Romuald K. AHOUANDJINOU (Stag)

20-10-2016, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Ils ont repris du service. L’Ecole béninoise est à nouveau prise en otage. La période d’accalmie n’a duré que le temps d’un clignement des paupières. (...) Lire  

En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon (...)
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1830

Fabrication des briques en terre battue : Réinventer le bâti pour (...)
19-01-2017, La rédaction
Pour la construction d’infrastructures, résistantes aux intempéries, un choix efficace du matériau est indispensable. (...)  

Entretien avec Professeur agrégé en ophtalmologie sur le Glaucome : (...)
18-01-2017, La rédaction
En Afrique, la cécité de l’œil est de plus en plus croissante. La première cause est la cataracte. Mais une autre cause (...)  

Arrêtés à Kandi : Deux trafiquants d’ivoire condamnés à 6 mois (...)
18-01-2017, La rédaction
Le tribunal de Kandi a rendu hier son verdict en défaveur des trafiquants arrêtés avec 3,2 Kg d’ivoire, en octobre (...)  

Prof. Michel Boko, à propos de l’assainissement de la ville de (...)
18-01-2017, La rédaction
Les différentes actions entreprises par le Gouvernement ces derniers mois pour la protection de l’Environnement (...)