Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Porte ouverte sur une entreprise de bois : Atc-Ib expose ses problèmes

JPEG - 148.5 ko

Créée depuis 2006 dans la commune d’Allada, Atc industrie du bois (Atc-Ib) s’est ouverte hier aux hommes des médias. Des grincements de dents des scieuses et autres bruits des machines de la chaîne de transformation de bois accueillent les professionnels des médias. Sous l’égide de Fadi Ali Hijazi, Directeur général du groupe Atc et Philippe Poisson, Directeur technique de Atc-Ib, les journalistes ont eu droit à une visite guidée de cette industrie qui s’étend sur 8 hectares. Ainsi, du parc à grumes au showroom pour l’exposition des meubles en passant par les autres sections (scierie, séchoir, la parqueterie, section fabrication des meubles, la menuiserie, la quincaillerie l’affutage, le ponçage, la tapisserie,…), tous les compartiments de cette usine ont été grandement ouverts aux visiteurs. Pas de langue de bois. Atc-Ib a montré avec fierté la compétence des jeunes béninois qui font des merveilles avec du bois. « Atc-Ib n’exporte pas du bois à l’état brut. Nous les transformons sur place grâce au savoir-faire des jeunes béninois », a expliqué le Directeur général du groupe Atc. Cette société, leader en transformation de bois au Bénin, donne la preuve que pour autant que la matière première est disponible, le génie béninois conjugué à la technologie appropriée, est capable de faire des merveilles. Ainsi, Parquets, caillebotis, meubles, articles de menuiserie sont autant de produits localement fabriqués par ces jeunes et dont la qualité est irréprochable. Ces produits sont aussi bien consommés sur le marché local qu’international. Le Novotel Orisha, Ibis, la primature, la Présidence de la République, Mariott hôtel en chantier, l’ambassade de Lybie… sont autant de structures qui utilisent avec fierté les produits "Made in Bénin" de Atc-Ib. Le Togo, la France, les Etats-Unis, le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Congo… sont autant de pays qui jouissent aussi de la compétence des jeunes béninois en menuiserie.

Des difficultés jonchent le chemin…

JPEG - 157.4 ko

Mais cette industrie du bois qui sauve plus de 290 jeunes béninois du chômage est confrontée à des difficultés. Entre autres le manque de matières premières dû à l’exportation frauduleuse de grumes vers des pays de l’Asie. « La question qui se pose est de savoir s’il faut continuer à exporter nos matières premières afin de contribuer au développement des pays acheteurs sans aucune contrepartie pour notre pays ou s’il faut transformer nos propres matières premières en produits finis en créant de l’emploi et de la valeur ajoutée pour l’intérêt national ? Il faut donc privilégier les entreprises transformatrices du bois en produits finis, génératrices d’emplois et de valeur ajoutée plutôt que des exploitants forestiers passés maîtres dans l’art d’exporter illégalement le bois », a martellé Fadi Ali Hijazi.
Outre le manque de matières premières, Atc-Ib souffre également d’un manque de contrat officiel devant le lier à l’Onab pour assurer l’approvisionnement en bois et rassurer ses partenaires financiers et certains potentiels gros clients. Ce contrat qui devrait faire le bonheur des jeunes béninois est toujours en souffrance dans les labyrinthes de l’administration publique. « Atc-Ib ne demande pas de faveurs. Nous sommes dans la dynamique du partenariat public-privé mis en œuvre par le Docteur Boni Yayi, Président de la République. Ce contrat permettra à Atc-Ib d’avoir 7.000m3 de bois par an », a expliqué Mar Edey, Directeur marketing et commercial de Atc-Ib. A en croire le Directeur général du groupe Atc, lors d’une sortie médiatique, Raoul Sintondji, Secrétaire général du Syntra Onab a maladroitement attaqué Atc-Ib dans la filière du bois et les démarche effectuées pour obtenir son contrat. « Quand le Secrétaire général du Syntra Onab se dit inquiet de l’évolution du traitement qui est réservé à la demande des 7.000 m3 et menace les soi-disant parrains à divers niveaux qui soutiennent un tel projet de les soumettre à la vindicte populaire, est-ce le Président de la République ou le gouvernement qui est visé ? Quand nous menons des démarches administratives et officielles pour trouver des solutions de survie à une industrie nationale, est-ce la personne de nos interlocuteurs au sein du gouvernement, offices d’Etat et directions centrales qui importe ou l’exercice du service public et la continuité de l’Etat pour le développement ? C’est dans un cadre très formel que la demande d’un contrat quinquennal de fourniture de bois pour alimenter la chaîne de production Atc-Ib a été étudiée et les contingences y afférentes élucidées. Au titre desdites contingences, Atc-Ib a pris l’engagement de financer auprès de l’Onab, le reboisement à concurrence de deux pieds de bois pour un coupé, d’assurer annuellement en pension complète la formation professionnelle de 126 élèves de nos lycées techniques, d’induire l’approche genre dans la gestion du personnel ouvrier en recrutant une cinquantaine de femmes dans l’usine et de promouvoir l’utilisation du bois blanc "Gmélina" en exploitant annuellement 3.000 m3 de cette essence de bois. Les démarches que nous menons, loin d’être souterraines, elles sont administratives », a clarifié le Directeur marketing et commercial. A l’en croire, si l’entreprise rencontre des difficultés à honorer ses engagements vis-à-vis de l’Onab depuis 2014, elle ne s’en cache pas. Au contraire, elle s’en remet à l’accompagnement de ses partenaires financiers pour qui, la première garantie est la rentabilité et la pérennisation de l’activité qui passe d’abord par l’assurance de disposer de la matière première suivant la conditionnalité réglementaire.
Il est à préciser que plus de 3,9 milliards d’investissement ont été effectués à Atc-Ib depuis 2006 avec seulement 300 millions de prêts à la Société générale des Banques Bénin (Sgb).

7-08-2015, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Patrimoine en affermage !
19-10-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2220

Lancement de la campagne électorale à l’Université de Parakou : La (...)
20-10-2017, La rédaction
L’Université de Parakou s’apprête à renouveler son équipe rectorale. Le rendez-vous pour cette alternance est prévu pour (...)  

Fronde sociale à la Sucrerie Complant du Bénin : Sèhoueto remet le (...)
20-10-2017, La rédaction
Le sens d’écoute et de management du Ministre de l’Industrie et de l’Artisanat, Lazare Sèhoueto vient de payer dans la (...)  

Renforcement de capacités des femmes : Les époux et proches parents (...)
20-10-2017, Karim O. ANONRIN
Les époux et les proches parents des femmes bénéficiaires du Programme de renforcement de capacités d’action des femmes (...)  

Point de presse du Comité technique de pilotage : « Le Ravip (...)
19-10-2017, La rédaction
Il n’y a pas de raisons de croire à une intrigue politique autour d’une opération qui se veut purement technique et (...)