Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Pour le soulagement des femmes enceintes : La gratuité de la césarienne continue

JPEG - 56.7 ko

La gratuité de la césarienne se poursuit. Dans une déclaration faite hier au siège de l’Agence nationale de gestion de la gratuité de la césarienne (Angc), Docteur Raïssatou Ami-Touré, Directrice de ladite structure a rassuré les femmes enceintes et les hôpitaux agréés de la vitalité de cette mesure. A l’en croire, aucune décision n’est prise pour supprimer la gratuité de la césarienne. Au contraire, le gouvernement du Nouveau départ compte renforcer le système en augmentant le nombre d’hôpitaux agréés. Selon Raïssatou Ami-Touré, depuis la prise de cette décision jusqu’au 31 décembre 2015, 162.745 césariennes ont été réalisées et le gouvernement décaisse 100.000 F Cfa par césarienne aux hôpitaux agréés. De plus, 2.900.000.000 F Cfa ont été octroyés à l’Angc au titre de l’exercice budgétaire 2016. Selon sa déclaration, la gratuité de la césarienne continue, seulement que le gouvernement reste devoir le dernier trimestre de 2015 aux hôpitaux agréés. Mais toutes les dispositions sont prises pour qu’ils soient remboursés.
Lire ci-dessous l’intégralité de sa déclaration.
Des informations erronées, distillées dans l’opinion publique évoquent une prétendue suppression de la gratuité de la césarienne comme pour alerter la population contre une décision fantôme, une décision qui n’a jamais été prise ni envisagée par le gouvernement du Nouveau Départ. Bien au contraire, le gouvernement du Président Patrice TALON compte plutôt poursuivre avec la mesure de gratuité de la césarienne. Ceci est d’ailleurs bien inscrit dans son programme de société à l’instar de bien d’autres questions sociales auxquelles il attache de prix.
Depuis le 1er avril 2009, l’Etat Béninois paie un montant de 100.000 FCFA aux hôpitaux agréés pour chaque césarienne réalisée aux femmes dans le cadre de cette politique de gratuité.
48 hôpitaux sont agréés sur toute l’étendue du territoire béninois pour offrir gratuitement la césarienne à nos femmes et des efforts se font pour évaluer les plateaux techniques de nos formations sanitaires en vue de l’étendre à d’autres hôpitaux.
Du début de cette initiative au 31 décembre 2015, il a été réalisé 162.745 césariennes.
Nous avons régulièrement reçu les subventions du gouvernement.
En effet d’années en années, le nombre de césariennes s’accroît et le gouvernement béninois a toujours fait des efforts pour assurer la prise en charge des femmes bénéficiaires de la gratuité de la césarienne en payant à leur place le montant de 100.000 fcfa par césarienne.

Au titre de l’exercice budgétaire 2016, le gouvernement a octroyé la somme de 2. 900.000.000 FCFA à l’ANGC pour faire face aux charges des césariennes attendues.

Il est vrai qu’aujourd’hui, l’ANGC reste devoir le dernier trimestre 2015 aux hôpitaux agréés. Ce fait est surtout dû aux exigences liées à d’autres contraintes budgétaires. Ce qui laisse présager quelques difficultés mais je vous assure que tout est mis en place afin que dans les jours à venir, les hôpitaux agréés soient remboursés comme cela se doit.

Je voudrais profiter de l’occasion pour vous rappeler que depuis son institution le 1er avril 2009, le financement de la politique de la gratuité de la césarienne a été totalement et entièrement assuré par le gouvernement béninois.

L’Etat béninois a pris un engagement auprès de la communauté internationale et cette politique de la gratuité de la césarienne constitue un engagement particulier dans les accords bilatéraux. Au moment où je vous parle, cet engagement ne souffre d’aucune susceptibilité.
Les hôpitaux agréés recevront sous peu les remboursements des frais de césarienne.
Le but de ce point de presse est de rassurer les populations Béninoises, les femmes en particulier et les responsables d’hôpitaux agréés aussi bien publics que privés, qu’aucune suppression de cette mesure salvatrice n’est nullement envisagée.
Je voudrais vous rassurer que le gouvernement du Président Patrice TALON est prêt à assumer toutes les exigences liées à la gratuité de la césarienne tout au long de son quinquennat.

Je vous remercie !

La Directrice Générale de L’ANGC

3-06-2016, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
La nouvelle est encore fraîche. Pour une surprise, c’en est une. Hervé Hehomey a été débarqué du gouvernement. En tournée dans la partie septentrionale (...) Lire  

En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’alternance syndicale
18-09-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon
Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2160

Vie des couples : Les femmes ménagères, des êtres aux mille (...)
20-09-2017, La rédaction
Elles sont nombreuses, les femmes qui n’ont de dévotion que pour leur foyer. Consacrées en permanence aux activités (...)  

Amélioration du système éducatif au secondaire : Lucien Kokou lance (...)
20-09-2017, La rédaction
Le Ministre de l’Enseignement Secondaire de la Formation Technique et Professionnelle, Lucien Kokou, a lancé le (...)  

Rentrée scolaire 2017-2018 : Le vrai visage de l’école
20-09-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Les cours dans les établissements publics ne se dispenseront pas sur les chaînes de radio et de télévision, encore (...)  

Interview avec Dr Stéphane Hountovo, Gynécologue-Obstétricien au (...)
20-09-2017, La rédaction
La dysménorrhée ou règles douloureuses est une douleur qui précède, accompagne ou suit la menstruation 30 à 50% des (...)