Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Pour trafic de produits de faune : 6 présumés trafiquants arrêtés avec 4 pointes d’ivoires à Cotonou

JPEG - 223.5 ko

Le gouvernement, avec sa nouvelle stratégie de quadrillage du terrain, est décidé à mettre hors d’état de nuire les trafiquants des produits de faune. Ainsi, une équipe conjointe de la Police Judiciaire et de la Direction des Eaux et Forêts, après des investigations, a mis la main sur six présumés trafiquants à Cotonou, dans les encablures du commissariat central en début d’après-midi du lundi 11 juin 2018. Ils ont été pris en fragrant délit de commercialisation de quatre défenses issues d’au moins deux éléphants abattus. Après irruption des forces de sécurité publique sur les lieux de la transaction, les pointes d’ivoires saisies pèsent 6 kilogrammes. L’éléphant étant une espèce intégralement protégée, ses dérivés sont interdits de circulation et de commercialisation. Selon l’article 153 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin et son texte d’application, « toute personne qui fait circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine, est punie d’une amende de 100 000 à 500 000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans ». L’article 154 de cette même loi punit d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Ces six présumés trafiquants tombent sous le coup des articles 153 et 154 et vont certainement subir les rigueurs de la loi. L’article 166 signale que les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts et restitutions.
Le gouvernement œuvrant toujours pour la protection du patrimoine faunique béninois avec le soutien et l’appui technique du programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la flore (AALF-Bénin), vient encore par cette arrestation, montrer sa détermination à barrer la route aux destructeurs de la faune en vue de protéger les animaux sauvages menacés d’extinction. Il est vivement attendu que les autres structures impliquées dans la protection de la faune sauvage et dans l’application de la loi, retroussent aussi leurs manches et jouent leur partition. Car, il faut que ces présumés trafiquants soient punis à la hauteur de la gravité de l’acte commis une fois que leur culpabilité sera établie.
Richard AKOTCHAYE

14-06-2018, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)