Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Recrutement de 502 agents au profit de la douane : Le Sydob demande l’annulation du concours

JPEG - 273.6 ko
Marcellin Laourou, Sg Sydob

Le Syndicat des douanes du Bénin (Sydob) vient une fois encore de donner de la voix. Le capitaine Marcellin Laourou, secrétaire général de ce syndicat et ses pairs, assistés des secrétaires généraux de la Cstb, et de la Fésyntra-Finances, se sont réunis hier en Assemblée générale extraordinaire à la salle de conférence de la direction générale des douanes et droits indirects. Les disciples de Saint Mathieu se sont regroupés pour définir les "nouvelles stratégies de guerre" qu’ils entendent mettre en œuvre contre le gouvernement. Ils protestent vigoureusement contre la stratégie de "passage en force" mise en œuvre par le gouvernement qui a envoyé en formation les nouvelles recrues du dernier "concours contesté" au profit du ministère de l’économie et des finances, sans même aviser le comité ad ’hoc mis sur pied pour élucider ce dossier. C’est pourquoi, les douaniers demandent l’annulation pure et simple de ce concours. L’intégralité du communiqué de presse

Communiqué de presse
Les militants du syndicat des Douanes du Bénin (Sydob), réunis en Assemblée Générale Extraordinaire ce jeudi 14 Janvier 2016, ont analysé la situation qui prévaut et qui menace dangereusement la vie de l’administration des Douanes. Les débats ont essentiellement porté sur la mise en formation en toute illégalité des nouvelles recrues. A l’issue des échanges, l’Assemblée Générale exige :

- La suspension immédiate de la formation Commune de Base (FCB) des cinq cent deux (502) Elèves Douaniers au plus tard le vendredi 22 janvier 2016 avant toutes négociations ;
- L’annulation pure et simple du concours de recrutement des cinq cent deux (502) Elèves Douaniers ;
- Le lancement immédiat des travaux de construction de l’Ecole Nationale des Douanes.
Nous prenons à témoin l’opinion publique nationale et internationale et rendons responsable des déconvenues qui en découleront en cas de non prise en compte des décisions issues de cette Assemblée Générale Extraordinaire. Car nous promettons une violation violente des textes à travers une grève générale dès le mardi 26 Janvier 2016, parce qu’il faut opposer la violation à la violation.
Vive le combat ;
Vive le SYDOB
Vive la FYNSETRA-Finance ;
Vive le Bénin.
Adoptée à l’unanimité et par acclamation Cotonou, le 14 Janvier 2016

15-01-2016, Adrien TCHOMAKOU


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2100

Mauvaise gouvernance à la Sonacop : Les Béninois toujours en (...)
21-07-2017, La rédaction
Les mois s’égrènent, et l’attente se fait longue, voire peu prometteuse. De nombreux clients de la Société nationale (...)  

Avancée audiovisuelle : 3 nouveautés majeures pour les abonnés (...)
21-07-2017, Isac A. YAÏ
A compter de ce vendredi 21 juillet, les abonnés Canal+ constateront 3 nouveautés majeures dans leur abonnement. Ces (...)  

2ème édition de la fête du cinéma : Canal+ Bénin rapproche davantage (...)
20-07-2017, Isac A. YAÏ
Après le succès connu par la première édition, Canal+ Bénin lance la deuxième édition de la « fête du cinéma ». Cette (...)  

Affaire 54 kg de drogue au port de Cotonou : Les deux (...)
19-07-2017, Naguib ALAGBE
Ils ne sont certainement pas au bout de leurs peines. Mais ils peuvent déjà se frotter les mains. Interpellés une (...)