Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Sit-in hier au ministère du travail et de la fonction publique : Les agents omis exigent la signature de leurs contrats

JPEG - 106.6 ko

Il y a de cela 8 ans que certains enseignants de la maternelle et du primaire travaillent pour l’Etat sans salaires. A bout de souffle, ils sont montés au créneau hier dans l’enceinte du ministère du travail et de la fonction publique, pour exiger que leur situation soit rétablie dans les plus brefs délais. Il s’agit des éducateurs, communautaires et agents occasionnels omis dans le processus de reversement. Pour le Sg-Synaem-B, Hector Fanou, les dossiers de ces agents auraient été omis délibérément par le Dec, sur décision n°112/Memp/Dc/Sgm/Dec/Sec/Epsa du 27 novembre 2012 portant admission définitive aux épreuves écrites du Cap session du 22 septembre 2012 sous prétexte qu’ils sont sans contrat. « Les travailleurs exigent le traitement diligent et définitif des dossiers en souffrance depuis des années, notamment les dossiers des éducateurs, communautaires et agents occasionnels omis dans le processus de reversement », a-t-il dit. Ce mouvement est soutenu par l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb), dont le Secrétaire général Emmanuel Zounon estime que l’attitude des autorités du ministère de la fonction publique renforce leur engagement à aller au bout de leur lutte. « Nous avons respecté le préavis, délai qui devrait permettre à l’administration de rentrer en contact avec nous, mais rien n’a été fait. Nous sommes arrivés ici depuis 9 h 30 mn. Il a fallu que nous forcions l’entrée pour être dans le hall avant qu’on ne dépêche une délégation… », a-t-il laissé entendre. Les représentants du ministre de la fonction publique quant à eux, ont reconnu la justesse des revendications des manifestants et ont promis rendre compte à leur supérieur hiérarchique. Pour ces enseignants, le rendez-vous est pris pour le 19 août prochain, cette fois-ci à la primature, si rien n’est fait pour satisfaire leurs doléances.

6-08-2015, Patrice SOKEGBE


CHRONIQUES

En vérité : Ofmas, pas de quoi fouetter un chat !
21-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Des poux, même sur des crânes rasés, il y a des spécialistes de la polémique qui toujours, en trouvent. Des accusations sans fondement et des (...) Lire  

Editorial : Hehomey, un tigre en papier (...)
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco (...)
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Mises aux arrêts de rigueur : Les explications du Dgpn au (...)
31-08-2017, La rédaction, Landry Salanon


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2190

Décès dans les rangs des fidèles de l’église de Banamè : Parfaite et (...)
22-09-2017, Karim O. ANONRIN
Le chef de l’église dite Banamè alias Parfaite et son bras droit Mathias Vigan plus connu sous le nom du pape (...)  

Réforme du système éducatif béninois : Les lycées techniques : Quels (...)
22-09-2017, Patrice SOKEGBE
L’inadéquation entre la formation et l’emploi observée depuis peu amène bon nombre de professionnels du secteur éducatif (...)  

Journée internationale de la Paix : Le Camo et les scouts (...)
22-09-2017, La rédaction
« La paix est une affaire de tous, sans discrimination de région et de religion ». C’est le message porté hier aux (...)  

Descente des avocats dans les prisons : « Nous allons constater (...)
22-09-2017, La rédaction
Du 25 au 29 septembre prochain, les avocats effectuent une descente dans les prisons civiles du Bénin pour apprécier (...)