Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Tchaourou : La violence politique, menace pour la démocratie

JPEG - 94.9 ko
La ville du chef de l’Etat a basculé dans la violence

La politique, ce n’est pas la guerre. Tous les hommes censés le savent. Sauf, visiblement les partisans et les adversaires du maire de Tchaourou, Sounon Bouko Bio qui hier, se sont négativement illustrés avec une violence sans pareille. À cause de la politique, des parents sont devenus des antagonistes et n’ont pas hésité à en venir aux mains et à saccager des infrastructures. A Tchaourou, la triste réalité est là. Le tissu social est déchiré et il n’y a plus de temps à perdre pour le recoudre. Plus grave, à cinq mois d’une élection présidentielle capitale, ces violences politiques qui s’alignent sont de mauvais présages pour la démocratie.
En effet, avant Tchaourou, il y a eu Bassila et bien d’autres localités où l’intolérance politique a pris le pas sur la raison et sur ce qui est universellement admis à savoir que la sacrée règle du jeu démocratique, c’est le débat d’idées et la loi des urnes. Mais, si aujourd’hui, des partisans politiques d’un tel ou d’un autre en viennent régulièrement à en découdre pour un oui ou un non, personne ne devait s’en étonner. Les racines du mal ‘‘violence politique’’ sont profondes. Conséquence, il s’est étendu au point où il a accouché de ces violences bâtardes.
Aujourd’hui, ceux qui ont longtemps tenu des discours va-t-en guerre, bravés les lois de la République et fait l’apologie de la violence doivent se rendre à l’évidence qu’à force de tirer la corde, elle finit par se casser. Pis, non seulement personne n’est à l’abri mais aussi, nul ne sait quand et où la violence commence. Et donc, il est temps de comprendre que la paix n’est pas un vain mot.
La violence de Tchaourou doit être un déclic. Car, des mesures doivent être prises et des comportements adoptés pour que la campagne en vue de la présidentielle de 2016 ne tourne pas au vinaigre. Et pour que l’ambiance ne soit pas plus électrique qu’elle ne devait l’être, les bouches doivent professer la paix. Les actes mesurés. Tout ceci pour que la cohésion sociale ne soit pas un vain mot et que la traversée de février et mars 2016 se fasse en toute sérénité.

2-10-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
La barque de Candide Azannaï tangue. Les militants du parti « Restaurer l’espoir » ne jouissent pas des fruits de leurs labeurs. Dans leurs rangs, (...) Lire  

Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1830

Traque des conducteurs de taxi-motos dormant à la belle étoile : (...)
23-01-2017, La rédaction
Décidée le jeudi dernier par le Préfet du département du Littoral, Modeste Toboula, la traque des conducteurs de (...)  

Recensement des agents de la fonction publique : 1331 militaires (...)
23-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Un coup de balaie et la moisson est inadmissible. 1331 militaires fictifs ! Comment a-t-on pu entretenir une telle (...)  

Mise en œuvre du Pag et modernisation du marché Dantokpa : Armand (...)
23-01-2017, La rédaction
Il ne saurait avoir un Bénin entièrement révélé, dans ses aspects économiques et culturels sans des marchés modernes et (...)  

Fabrication des briques en terre battue : Réinventer le bâti pour (...)
19-01-2017, La rédaction
Pour la construction d’infrastructures, résistantes aux intempéries, un choix efficace du matériau est indispensable. (...)