Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Fisc sans faille !

Lundi dernier le ministre des finances, Romuald Wadagni a pris une mesure pour aller en guerre contre les entreprises qui ne sont pas en règle vis-à-vis du fisc. Ce matin, vous nous faites découvrir une décision qui ne souffre d’aucune contestation.
(Vous exagérez à peine Tanguy…Puisque exactement ce matin, on parle d’une…)
Dynamique anti-fraude fiscale et de la fin de l’injustice économique. Pour l’instant et depuis lundi, ce n’est encore qu’à l’étape de mesure. Si l’administration fiscale tisse bien sa toile et se fait payer, par tous, ce qui lui revient de droit, le principe ne peut qu’être bénéfique à la nation. D’ailleurs, c’est un axiome. A César, ce qui est à César…Et sans favoritisme, aux caisses de l’Etat, les impositions et autres taxes. Plus donc de privilégiés, de deux poids, deux mesures ou d’affinités politiques et parentales pour se soustraire du paiement de ses impôts. Ainsi en a décidé l’argentier national, Romuald Wadagni.
Désormais, solution contre la fraude fiscale, l’obligation faite aux opérateurs économiques de s’inscrire au fichier actif des contribuables avant le dédouanement de leurs marchandises. Dans cet ordre, les opérateurs économiques exerçant au Bénin sont invités à se rapprocher de la Direction générale des impôts pour se conformer à la nouvelle réglementation en vigueur. Conséquence, grâce à l’informatisation des données, la traçabilité sera améliorée, des identifications assurées et, à présent, contre les fraudeurs, à l’évidence, un dispositif plus efficace.
On peut déduire, que jusqu’ici, il y a des failles dans le dispositif de recouvrement des recettes fiscales. Ne pensez-vous pas que c’est inadmissible ?
A la vérité, si le ministre Wadagni a senti le besoin de corser les mesures de contrôle, c’est forcément parce qu’il y avait encore et toujours des failles dans le système de recouvrement des impôts. Maintenant, vivement cette mesure drastique. Alors, il ne reste qu’à faire confiance à l’administration fiscale pour définitivement éradiquer l’empire des entreprises parasites. Il m’est revenu que certaines font des chiffres d’affaires de plusieurs milliards sans rien décaisser aux impôts à la fin de l’année. C’est dire que les charges publiques, ce n’est pas leur problème. Et doublement, ils sont bénéficiaires des erreurs et des légèretés de fonctionnaires peu consciencieux.
Car, depuis toujours, et on ne le dira jamais assez, l’un des maux qui minent le Bénin, c’est son administration. Paresse, incompétence et corruption. En somme, jusqu’à la moelle épinière, elle est infectée. Ce n’est donc qu’une suite logique, qu’au bout du recouvrement des impôts, les brebis galeuses surclassent les bons citoyens. Et que fort d’un constat patent, Wadagni joue des pieds et des mains pour parer au plus pressé. Il ne l’aurait pas fait qu’il serait complice d’une injustice et d’un crime continuellement perpétré contre le développement du Bénin, un pays presque entièrement dépendant des ressources fiscales.
Il n’est jamais trop tard. Mais, que dire à ceux qui pensent qu’il y a trop de mesures et que c’est une guerre contre les opérateurs économiques ?
D’abord,
En un mot, il va sans dire que supprimer définitivement la fraude dans la collecte des impôts, c’est multiplier et renforcer les garde-fous. Sinon, tant que ce ne sera pas fait, à l’œuvre de construction nationale, il échappera toujours des personnes de mauvaise foi. Pourtant, le principe est bien connu : rendre à César ce qui est à César….
Sur cette base et proportionnellement aux revenus, Wadagni et l’administration fiscale s’engagement à faire payer à chacun, ce qu’il doit à son pays. Ce n’est pas une histoire de guerre contre les opérateurs économiques. Le penser, c’est faire fausse route. A des fins inavouées, c’est sciemment oublier qu’il y en a qui, malgré tout, sont toujours à jour. Au grand jamais, l’Etat ne doit être mis entre parenthèses. Payons nos impôts et qu’on avance. C’est si simple que ça !

11-07-2018, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Un Plan cadre pour l’assistance au développement (Pnuad) concocté selon une approche participative, inclusive, et même validé en Conseil des (...) Lire  

En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Intérim en détresse à Cotonou (...)
7-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)