Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La face cachée des maires

Ils sont leaders dans la proclamation des principes de bonne gouvernance. Mais quand vient le moment de donner l’exemple, ils deviennent des contre-modèles. Les cadres et personnalités politiques à divers niveaux ont de l’aversion pour la transparence. C’est trop leur demander d’appliquer scrupuleusement les règles liées à une saine utilisation des ressources publiques. Leur credo se limite aux discours. En la matière, ils sont très inspirés. Mais dès qu’il faut passer à l’action, ils révèlent leur vrai visage. Les voitures rutilantes et les villas cossues font partie de leur quotidien. En soi, ce n’est pas mauvais de faire partie de la classe des privilégiés. Mais lorsqu’on occupe une fonction publique, la loi fait de la déclaration du patrimoine une formalité obligatoire. Hélas, ils sont très nombreux à refuser de se prêter à cet exercice.
L’article 3 de la loi N°2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin dresse la liste des personnalités publiques qui ont l’obligation de déclarer, à la prise et à la fin de service, leur patrimoine. Dans le lot, figurent pêle-mêle, « les directeurs centraux de l’administration, les membres des états-majors des armées, les directeurs des offices et sociétés d’Etat, les directeurs financiers, les régisseurs, les comptables, les présidents de tribunaux, les juges, procureurs et greffiers… ». « Ces dispositions s’étendent également aux personnalités élues à un mandat public ». L’allusion aux maires est plus qu’évidente. Habituellement, lorsqu’on évoque la question de la déclaration de patrimoine, l’opinion n’a d’yeux que pour le chef de l’Etat et les membres du gouvernement, alors que les premiers responsables des communes sont aussi concernés.
Les dernières élections municipales, communales et locales remontent à juin 2015. Les premiers responsables des 77 communes ont été élus puis installés dans leurs fonctions. Hormis le cas de Cotonou où le maire a été révoqué, les nouveaux maires ont été déjà désignés dans les communes où les titulaires ont été destitués. Mais, rares sont ceux qui ont déclaré leur patrimoine depuis qu’ils occupent ces fonctions. La loi a été pourtant bien claire. Cette formalité obligatoire s’accomplit à la prise et à la fin de service. Pourquoi l’écrasante majorité des maires a du mal à satisfaire à cette obligation légale ? Que veulent-ils cacher en se dérobant à la loi ? Puisqu’ils sont appelés à gérer les ressources publiques au cours de leur mandat, le législateur veut s’assurer que tout se fera dans les règles de l’art.
Contrairement à une idée largement répandue dans l’opinion, on ne vient pas en politique pour s’enrichir, mais pour servir. Heureusement que « le refus de déclaration est puni d’une amende dont le montant est égal à six mois de rémunération perçue ou à recevoir dans la fonction occupée ». Mais, le président de la Chambre des comptes appelé à prononcer la sanction n’a pas encore usé de ses pouvoirs. Habituellement, lorsque les lois de la République sont violées, le couperet s’abat sans état d’âme sur les plus faibles. Paradoxalement, quand il s’agit des personnes en vue, la fermeté dans la punition n’est pas toujours de mise. On ne peut vouloir d’une chose et son contraire. Soit le Bénin se décide à enclencher une lutte implacable contre la corruption et les infractions connexes, soit il encourage l’impunité, à ses risques et périls.

25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Cena, sérénité fragilisée !
15-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
Ad ’hoc, la Cena modèle partout en Afrique était déjà pour les Béninois une fierté démocratique. Mais puisqu’ils la voulaient irréprochable et à l’abri (...) Lire  

Editorial : Embûches sur la route du 28 (...)
12-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
L’opposition face à son destin
11-03-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Chasse aux Voyous !
11-03-2019, Alassane AROUNA
En toute sincérit : Battue pour adultère (...)
8-03-2019, Naguib ALAGBE
En vérité : Le parlement à la rescousse
7-03-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Cena, sérénité fragilisée !
15-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Embûches sur la route du 28 !
12-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
L’opposition face à son destin
11-03-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Chasse aux Voyous !
11-03-2019, Alassane AROUNA
En vérité : Le parlement à la rescousse
7-03-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le duo religion et politique
5-03-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Salubrité administrative !
4-03-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pas d’intouchable !
21-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La fin d’une époque
21-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Moteur neuf pour l’éducation !
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance !
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1590

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)