Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La main tendue des syndicats

Les partenaires sociaux tendent la main au gouvernement. Ils demandent formellement, sans faux fuyant, la poursuite du dialogue social. Suspendus depuis le 13 mars dernier, les travaux de la commission nationale permanente de concertation et de négociations collectives mettent du temps à reprendre. Ce jour-là, la séance s’est achevée à queue de poisson. Objet de la discorde, la rétrocession des défalcations opérées sur les salaires des travailleurs. Pour le gouvernement, la satisfaction de cette énième revendication devrait être le fruit des négociations. Mais les syndicats en ont fait une question préjudicielle pour la poursuite des discussions. Dans l’impossibilité de trouver un terrain d’entente, puisque chaque camp tirait le drap de son côté, les participants à cette séance se sont quitté dos à dos. Et depuis, plus rien. Exaspérés par le mutisme du gouvernement chargé de convoquer les partenaires sociaux pour la reprise des travaux, certains responsables syndicaux se sont jetés à l’eau.
La Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin), la Centrale des syndicats des travailleurs du Bénin (Cstb) et l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb) sont demandeurs du dialogue social. Elles manifestent ainsi leur volonté d’aplanir les points de divergence avec le gouvernement en vue du dégel tant attendu. En effet, selon le décret instituant la commission nationale permanente de concertation et de négociations collectives, les travaux d’une session ordinaire durent cinq jours. Or, les discussions entamées en mars dernier n’ont duré que trois jours. Les partenaires sociaux souhaitent que les deux jours restants soient consommés conformément aux prescriptions réglementaires. Cette séance qu’ils appellent de tous leurs vœux débouchera sur un relevé de conclusions que toutes les parties seront appelées à signer pour exprimer leur approbation. Parvenir à ce seuil libérateur annonciateur de la fin de la crise est le vœu des centrales et confédérations syndicales.
Il est évident que ni le gouvernement ni les partenaires sociaux ne veulent aboutir à une année académique blanche. La levée des motions de grève de plusieurs syndicats dans le secteur de l’éducation n’a pas vraiment eu l’effet escompté sur le terrain. A bien d’endroits, les activités pédagogiques tournent au ralenti. Et il faut impérativement que dans un mouvement d’ensemble, les enseignants renouent avec la craie pour apaiser les esprits des apprenants et de leurs parents. Il est révolu le temps où les deux parties se regardaient en chiens de faïence. Elle est derrière nous la période où les syndicats voulaient coûte que coûte l’emporter sur le gouvernement et vice-versa. Ce qui compte maintenant, c’est le salut de l’Ecole béninoise. Seuls les principaux acteurs sont capables de restaurer l’éducation nationale. Encore faudrait-il que la volonté de sauver les meubles soit plus forte que toutes les autres considérations. Mais le plus urgent, c’est que tous le syndicats enterrent la hache de guerre.
Un dialogue social constructif et fructueux. C’est ce que souhaite le peuple béninois. Les syndicats font bien de tendre la main au gouvernement. Ce dernier devra saisir la balle au bond pour calmer le jeu. En filigrane, ce que les centrales et confédérations désirent, c’est la rédaction d’un relevé des conclusions et sa signature par toutes les parties prenantes. Ce précieux document qui renseignera sur les acquis et les avancées obtenus permettra aux leaders syndicaux de rendre compte à leurs bases respectives qui décideront de la levée des mots d’ordre de grève. Sans ce préalable, les syndiqués ne seront pas véritablement motivés pour reprendre le chemin de l’Ecole après des mois de grève en vain. A tous les coups, l’Exécutif ne restera pas indifférent à cette démarche des syndicats. Il y va aussi de son intérêt que le calumet de la paix soit fumé. Lorsque le relevé des conclusions sera signé, que chaque partie fasse preuve de bonne foi en respectant ses engagements. Déjà, le Front d’action des syndicats des trois ordres de l’enseignement a donné le signal hier en suspendant son mot d’ordre de grève.

24-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Salve d’applaudissements pour le Cos-Lépi. Pour une fois, les députés commis à la tâche d’actualisation du fichier électoral ont accompli leur mission (...) Lire  

Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une référence malgré tout !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : De la parole à l’acte !
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une référence malgré tout !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : De la parole à l’acte !
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’évaluation en question
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Riz japonais…Enième couplet !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’année du social
8-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour carte Lépi !
8-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ambiance avant mars !
7-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Répression en téléchargement
20-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ambitieuses mais silencieuses
19-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Route à enjeu coton !
19-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Abonné à la filière Compact !
18-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’Ecole dans tous ses états !
18-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pour le vote…Nos cartes !
17-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1530

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)