Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le Centre lâché par Abiola

Il a enfin ôté le masque. François Abiola vient de se jeter dans les bras de Patrice Talon. Tout comme Nassirou Arifari Bako, Barthélémy Kassa et bien d’autres qui ont tourné dos aux Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), l’ex vice-premier ministre ne s’est pas embarrassé de scrupule pour faire les yeux doux au chef de l’Etat. Tout a commencé au lendemain de la présidentielle de 2016 avec la position dite centriste adoptée par le parti Mouvement espoir du Bénin (MeSB) sur l’échiquier politique. Ne voulant se ranger ni du côté de l’opposition, ni du côté de la mouvance présidentielle, François Abiola a pris fait et cause pour le Centre. Un concept que beaucoup ont assimilé à du leurre. A priori, les récents développements de l’actualité leur donnent raison. Aux dernières nouvelles, François Abiola a adhéré à la coalition « Bénin en route » qui ne jure que par Patrice Talon.
En formalisant son appartenance à un tel creuset, l’ex collaborateur de Boni Yayi renonce lui-même au Centre qu’il s’évertuait à promouvoir en politique. A tous les coups, François Abiola a usé de tact sur le chemin qui l’a conduit dans l’écurie de Patrice Talon. Dès le départ, il connaissait sa destination. Ne voulant pas procéder comme certains de ses camarades qui ont très vite tourné dos à Boni Yayi, l’ex vice premier ministre n’a pas voulu brûler les étapes. Au prime abord, il s’est attelé à réorganiser son parti qui avait perdu de sa superbe. Ensuite, il a pris le soin de démissionner des Fcbe. Enfin, prenant l’opinion au dépourvu à un moment donné, il s’est positionné au Centre dont il se disait le promoteur dans l’espace politique béninois. De fil en aiguille, d’intervention en intervention, François Abiola s’est subrepticement rapproché du gouvernement dont il assurait la défense la plupart du temps. Finalement, ce qui devait arriver arriva.
Désormais et jusqu’à nouvel ordre, Abiola embouche lui aussi la trompette du régime de la rupture. En adhérant à une coalition qui soutient de manière indéfectible les actions du gouvernement, l’ex collaborateur de Boni Yayi a fait l’option de mettre une croix sur le concept du Centre et s’affiche à présent comme un membre à part entière de la mouvance présidentielle. On le verra de plus en plus au front en train d’encenser Patrice Talon ou de répliquer à ses pourfendeurs. Après avoir collaboré 7 années durant avec Boni Yayi en qualité de membre du gouvernement, il se met aujourd’hui dans la peau d’un griot au service de Patrice Talon, qui visiblement ne lui a rien demandé. Au départ, il y a quelques mois, il ne voulait être ni opposant, ni chantre du pouvoir. Aujourd’hui, il a fait une option qu’il devra assumer. Seulement, avait-il besoin d’en arriver là ?
L’opinion a le vilain sentiment d’avoir été menée en bateau par François Abiola. Seules les personnes averties qui ne s’étaient pas laissées émouvoir par le fameux Centre pourront dire qu’elles avaient raison de ne pas avoir accordé du crédit aux propos tenus en son temps par le leader du parti MeSB. En son temps, François Abiola disait à qui voulait l’entendre que le Centre n’est pas un point physique, mais plutôt un ensemble de valeurs morales. « Le Centre, ce sont des valeurs que l’on incarne… Notre ambition, c’est de chercher à concilier, à mettre ensemble les points de vue qui apparemment sont inconciliables. C’est ça un parti de tolérance, un parti de solidarité, un parti qui accepte l’autre ». Le courant centriste dont il se réclame est celui du rassemblement des grands hommes qui font des observations et des propositions objectives dans le but d’accompagner les œuvres de développement du pays. Aujourd’hui, tout ça n’a plus aucun sens pour François Abiola.

4-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
A quoi ça sert ? Telle était la question. Et, tous furent pris de court, cherchant en vain. Pourtant, chacun en usait et en abusait. Et si on (...) Lire  

En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Progressistes et républicains : les (...)
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérit : Femme 3C
3-12-2018, La rédaction
Editorial : Epouvantail IRM !
3-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Silence, Mètonou arrive !
27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
C’est le temps des derniers réglages.
26-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1530

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)