Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le décret de toutes les polémiques

Pour le gouvernement, les étudiants sont imprévisibles. C’est pourquoi ils sont à surveiller de près, comme du lait sur le feu. Identifiés comme des fauteurs de troubles, ils font l’objet d’un marquage à la culotte. Il est vrai que dans un passé récent, les étudiants ont donné du grain à moudre à nos gouvernants. Défiant les limites du raisonnable, ils ont versé dans tous les excès. Mais ça, c’était avant. Cette attitude purement conjoncturelle est née d’un fait : celui de nourrir le désagréable sentiment d’être jeté en pâture aux enseignants et aux autorités de l’Université qui se souciaient très peu de leurs conditions de vie et d’études. Recrutés en masse dans les facultés, les apprenants qui sont quasiment au seuil de la vie professionnelle étaient traités comme des moins que rien. Victimes d’un système qui leur faisait payer chèrement les erreurs accumulées des décennies de gouvernance approximative, les étudiants ont franchi les frontières de l’irrationnel.
La manifestation du ras-le-bol a été excessive. Portant en eux les stigmates de l’oppression et de l’injustice, les étudiants, notamment ceux d’entre eux qui n’ont plus rien à perdre, ont basculé dans la violence. L’Université, notamment celle d’Abomey-Calavi, a fait les frais de cette exaspération collective. Pour couper court à cette rage et sans se donner la peine d’un diagnostic approfondi, le gouvernement aussi s’est dressé sur ses ergots. Résultat : les associations estudiantines ont été purement et simplement dissoutes. Un comble ! Une décision ultra excessive qui viole les libertés publiques. Le Bénin étant encore à bien d’égards un Etat de droit, la Cour constitutionnelle n’a pas boudé son plaisir pour remettre le gouvernement à sa place. Néanmoins, désireux coûte que coûte d’encadrer à sa guise l’expression des étudiants sur les campus, l’Exécutif a élaboré des normes susceptibles de relancer le bras de fer.
Le décret n°2017-485 du 2 octobre 2017 définissant les modalités de collaboration des organisations estudiantines avec l’Etat et les autorités des universités publiques en République du Bénin comporte des points à polémique. Selon les décideurs, l’élection des responsables estudiantins ne se fera plus chaque année. Désormais, ce scrutin aura lieu tous les trois ans. Cette périodicité décrétée n’a aucun lien avec la réalité sur les campus. Comme chacun le sait, le diplôme de Licence s’obtient au bout de trois ans et celui de Master 5 ans après le baccalauréat. Mieux, l’inscription en Master n’est pas systématique juste après la Licence dans certaines facultés. Or, pour mieux cerner les arcanes du monde universitaire, il faut avoir fait tout au moins deux années sur le campus. Ce n’est qu’après cette période d’immersion qu’on peut prétendre diriger un syndicat d’étudiants. En restant dans le schéma imposé par le gouvernement, l’étudiant qui réussit à se faire élire en fin de deuxième année et qui ne parvient pas à s’inscrire en Master, continue malgré tout de représenter ses pairs. Cela a tout l’air d’une mauvaise blague.
Les autres points majeurs de contestation se trouvent au niveau de l’article 4 dudit décret. Il convient de retenir désormais que seul le ministre de l’enseignement supérieur a les pleins pouvoirs pour fixer, de son propre chef, par arrêté, les modalités d’élection des organisations estudiantines les plus représentatives. Le second alinéa enfonce le clou en stipulant que « les modalités d’administration des structures créées par les étudiants sont convenues entre ceux-ci et les autorités de l’université ». En cas de désaccord, qui a l’ascendance pour s’imposer, si ce ne sont les autorités rectorales ? A voir de près, la volonté du gouvernement est d’encadrer au maximum les étudiants en les faisant marcher au doigt et à l’œil. Nul doute qu’ils ne se laisseront pas faire. Et si les choses restent en l’état, le calme qui prévaut à l’Uac restera indéfiniment précaire.

18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Pour eux, c’est la délivrance. Pendant que plusieurs candidats attendus aux prochaines élections législatives ne savent pas à quel saint se vouer (...) Lire  

En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
chronique culturelle : Retour à l’écriture
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)