Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le veto du parlement

Au Bénin, dans un proche avenir, la police et la gendarmerie nationales ne feront plus qu’un. Janvier 2018 est la date butoir que le gouvernement s’est fixé pour atteindre cet objectif. En matière sécuritaire, c’est la réforme phare initiée par Patrice Talon. Les craintes exprimées par une certaine opinion dès l’annonce de ce projet n’ont pas émoussé l’ardeur de l’Exécutif, qui comme un bélier, fonce droit vers le but. Lentement mais sûrement, tout se met en place afin que cette fusion se fasse en douceur. Les policiers et gendarmes habitués à travailler chacun de son côté devront incessamment mutualiser leurs forces et méthodes pour la sécurité de tous. Ce ne sera pas une mince affaire de voir les éléments de ces deux corps travailler la main dans la main. Mais ils y seront contraints si, sur ce dossier, le parlement regarde dans la même direction que le gouvernement.
Le système sécuritaire béninois est caractérisé par une dualité des forces. Orientées à quelques exceptions près vers les mêmes missions, la police et la gendarmerie se livrent une guerre fratricide préjudiciable à la synergie recherchée. En lieu et place d’une complémentarité, c’est plutôt à une opposition des forces, à une guerre de leadership qu’on assiste. Pendant ce temps, les hors-la-loi se frottent les mains et enrichissent leur palmarès. L’Etat, obligé de réunir les conditions pour la libre circulation des personnes et des biens, éparpillait jusque-là ses maigres ressources dans les unités de police et de gendarmerie, alors qu’il aurait peut-être fallu unifier les deux corps pour plus d’efficacité. Patrice Talon et son équipe croient dur comme fer que les Béninois se sentiront mieux en sécurité si les policiers et gendarmes sont appelés à parler et à agir d’une même voix.
C’est dans cet ordre d’idées qu’une commission mixte composée entre autres d’experts et de personnes ressources a été mise sur pied par le chef de l’Etat. Les membres de ce groupe de travail ont déposé leur rapport au chef suprême des armées, le 18 juillet dernier au palais de la Marina. « Police républicaine ». C’est le nom de la nouvelle force de sécurité publique appelée à exister dès le premier mois de l’année 2018. La commission commise à cet effet a fait une série de propositions tendant à faciliter la fusion tant recherchée. La question de l’équivalence des grades notamment a été évoquée avec des propositions pertinentes afin que personne ne souffre d’injustice. Le but recherché est que cette nouvelle force riche de ses hommes motivés et rompus à la tâche s’occupe avec plus de professionnalisme et d’efficacité de la sécurité des Béninois.
Ne pouvant se passer de l’aval de la Représentation nationale avant l’effectivité d’une telle réforme, le gouvernement a d’ores et déjà joué sa partition. Le projet de loi portant création de la Police républicaine et celui portant statut spécial de la police républicaine sont maintenant transmis à l’Assemblée nationale. Le processus législatif sera donc enclenché dans les tout prochains jours afin que les députés puissent se prononcer sur cette ambition gouvernementale. Des élus du peuple, il est attendu qu’ils se montrent suffisamment curieux sur les tenants et aboutissants d’un tel projet. C’est une réforme qui engage la sécurité de chacun et de tous. C’est une raison suffisante pour que les députés soient regardants avant d’émettre leur vote. D’eux dépend la mise en application de cette réforme. A eux de s’assurer que le gouvernement est sur la bonne voie avant de l’autoriser à joindre l’acte à la parole.

24-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Comme son chef, il a l’étoffe d’un réformateur. Depuis qu’il tient les rênes du ministère de l’enseignement secondaire, technique et de la formation (...) Lire  

Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Editorial : Jeunes engagés contre corruption (...)
6-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic (...)
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérit : Femme 3C
3-12-2018, La rédaction
Editorial : Epouvantail IRM !
3-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Silence, Mètonou arrive !
27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
C’est le temps des derniers réglages.
26-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)