Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le vrai faux combat de « Adjégounlè »

Le célèbre marché « Adjégounlè » n’est plus qu’un souvenir. Cet espace naguère réservé au commerce illicite de médicaments, installé au cœur du marché international Dantokpa, a été entièrement rasé. Ce vendredi 24 février 2017, fut un jour funeste pour les commerçants des médicaments de la mort, qui y avaient établi leur quartier général. Alors qu’ils s’y attendaient le moins, une horde de policiers et de gendarmes fit irruption sur les lieux pour y opérer des saisies, avec des arrestations à la clé. Sous les yeux hagards des commerçants, leurs magasins furent vidés de leur contenu. Quelques heures plus tard, les responsables de la Société de gestion des marchés autonomes (Sogema) annonçaient la fin de ce négoce dans le périmètre du marché Dantokpa.
Dans la foulée, d’autres lieux de cession des médicaments de la rue situés à l’intérieur du pays, ont été pris d’assaut par les policiers et gendarmes. Leur mission consistait à décourager les trafiquants de faux médicaments, installés un peu partout sur l’ensemble du territoire national. En ce temps, compte tenu de la pression des pouvoirs publics, la mayonnaise a pris à telle enseigne que les animateurs de ce trafic illicite s’étaient rangés. Il faut dire que les menaces de poursuites judiciaires qui planaient sur leurs têtes ont facilité la tâche au gouvernement qui s’est vite félicité d’avoir remporté le gain de la partie. Mais, de plus en plus, ce trafic qu’on croyait conjugué au passé, renaît de ses cendres. En plein jour, au vu et au su de tous, les commerçants des faux médicaments ont repris du service.
Entre temps, le gouvernement a dormi sur ses lauriers. Cela a suffi pour que la cession de ces produits dits prohibés reprenne de plus belle. Les mauvaises habitudes ont la peau dure. Désormais, les trafiquants défient à nouveau les pouvoirs publics qui pensaient avoir déjà joué leur partition dans l’extinction de ce commerce. A tous les coups, ils se sont trompés. On ne détruit pas un vice du jour au lendemain. Il faut du temps, de la patience, de la détermination mais aussi de la méthode pour venir à bout de certaines réalités peu reluisantes. Si ce commerce illicite a pu prospérer à ce point, ce n’est pas du fait de ceux qui s’y adonnent. La complicité passive de nos gouvernants qui ont fermé les yeux sur cet état de choses a conforté les groupes économiques qui y ont trouvé leur bonheur. Si tant est que le gouvernement est décidé à lutter contre ce fléau, il ne doit pas se limiter aux actions d’éclat.
Notre pays ne pouvant continuer d’être perçu comme un territoire propice à la floraison de ce type de commerce, il va sans dire que nos dirigeants sont appelés à se remettre en cause. Si le coup du vendredi 24 février a été un franc succès, c’est parce que la volonté politique a fermement accompagné l’initiative. Ce qu’il reste à faire, c’est le suivi de tous les instants, un peu partout sur l’ensemble du territoire national. Si le gouvernement continue de baisser la garde, d’autres marchés de type « Adjégounlè » pousseront comme des champignons ça et là. Dans ces conditions, l’opération coup de force du vendredi 24 février n’aura servi à rien, sinon à berner la communauté internationale. La vente des faux médicaments a beaucoup de points de ressemblance avec le commerce de l’essence de contrebande. Pour les enrayer, il faut être plus que déterminé, parce qu’en apparence, ces secteurs d’activités semblent impossibles à combattre.

27-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Un Plan cadre pour l’assistance au développement (Pnuad) concocté selon une approche participative, inclusive, et même validé en Conseil des (...) Lire  

En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Intérim en détresse à Cotonou (...)
7-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)