Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les attentes du Ravip

Elle s’est achevée, la première phase du Recensement administratif initial à vocation d’identification de la population (Ravip). Démarrée le 1er novembre 2017, elle a pris fin le lundi 30 avril dernier. Six mois durant, les populations ont été conviées à se faire enrôler dans le cadre de cette opération. Hésitantes et timorées au départ, elles se sont laissé convaincre et y ont pris goût. C’est ainsi qu’au fil des jours, des semaines et des mois, de longues files d’attente ont été notées au niveau des points d’enrôlement un peu partout sur l’ensemble du territoire national. Faisant preuve d’une patience à rude épreuve, les Béninois ont accompli leur devoir. Pour eux, le jeu était fort simple. Il fallait juste fournir des renseignements sur son identité, se laisser prendre ensuite en photo et enfin apposer ses empreintes digitales sur le support retenu à cet effet. Une fois ce processus achevé, ils pouvaient vaquer à leurs occupations.
L’intérêt pour le Ravip était si manifeste que des dizaines de milliers de citoyens ont bravé tous les obstacles pour se faire enrôler. Des difficultés matérielles de plusieurs ordres ont entamé le moral et l’enthousiasme des Béninois, mais la plupart ont tenu bon, car ils étaient déterminés à accomplir leur part du devoir. Passer une nuit entière au poste d’enrôlement dans l’espoir de trouver une place sur la liste d’inscription, ou quitter son lit au milieu de la nuit pour faire le guet jusqu’au lever du jour ont été le lot des populations qui n’ont pu bénéficier de facilités dans le cadre de cette opération. Ceux qui commettaient « l’erreur » de se présenter dans les centres d’enrôlement au lever du jour ou au milieu de la journée se sont vus purement et simplement congédier. C’est dans cette ambiance pesante où il fallait faire des sacrifices héroïques que les citoyens lambda ont passé ces six mois. Les derniers jours ont été pénibles pour ceux qui n’ont pu se faire enregistrer plus tôt.
Comme dans toute opération de recensement de la population, il y a des personnes qui sont laissées en rade. En attendant que les voix les plus autorisées situent ceux qui n’ont pu se faire enrôler sur leur sort, l’immense majorité des Béninois qui ont adhéré à cette opération sont en droit d’espérer jouir à présent des avantages qui leur ont été miroités. Les populations seront impatientes maintenant de bénéficier des monts et merveilles qui leur ont été promis. C’est en cela qu’il est capital que le reste du calendrier soit rendu public. Après la phase de traitement des données recueillies sur le terrain, qu’est-ce qui suivra ? Compte tenu de la polémique et de la grande réticence notée quant à ce recensement, les cadres chargés de son opérationnalisation sont appelés à jouer la carte de la transparence et de la crédibilité.
Découlant de la loi portant identification des personnes physiques entrée en vigueur en République du Bénin le 19 juin 2017, le Ravip servira à l’élaboration du registre national de la population. Tous ceux qui se sont fait enrôler, nationaux ou non, disposeront à terme d’un numéro personnel d’identification et d’une carte nationale électronique. Cette carte aux multiples fonctions servira de base à tous les actes administratifs. C’est dire que l’enjeu est de taille et la moindre erreur est susceptible de compromettre la suite du processus. Ce n’était pas gagné d’avance que les populations se mobilisent autour du Ravip. Il faudra, maintenant que la première phase est achevée, leur renvoyer l’ascenseur. Cela passe par la confection et la distribution de la carte nationale électronique. Le comité technique de pilotage sait ce qui lui reste à faire.

2-05-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Fièvre hémorragique à virus Lassa. Au Bénin, cette épidémie qui, depuis quelques années, a la très vilaine manie de s’inviter pour troubler la quiétude (...) Lire  

En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Editorial : Jeunes engagés contre corruption (...)
6-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérit : Femme 3C
3-12-2018, La rédaction
Editorial : Epouvantail IRM !
3-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Silence, Mètonou arrive !
27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
C’est le temps des derniers réglages.
26-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)