Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les camions de la mort

Ils ne manquent pas d’air, les conducteurs des gros porteurs. Depuis plusieurs années, sans désemparer, on les a vus faire dans la ville de Cotonou. La conduite approximative au mépris des règles du code de la route est leur sport favori. De jour comme de nuit, sous le soleil ou la pluie, ils s’érigent en maîtres de la circulation routière, allant jusqu’à réduire à néant les téméraires qui osent se mettre sur leur chemin. Craignant d’être victimes de la terreur des conducteurs des camions, les autres usagers de la route n’hésitent pas à leur vouer le respect à la hauteur de la frayeur qu’ils inspirent. Se considérant comme les seigneurs de la route, ils circulent comme il leur plaît, au vu et au su de tous, sans que véritablement les pouvoirs publics ne mettent en branle, l’arsenal de dissuasion à leur portée.
Le désordre et le carnage à leur actif sont si manifestes à Cotonou que la préfecture du Littoral et le ministère de l’Intérieur se sont décidés à prendre quelques mesures susceptibles de tempérer leurs ardeurs. A titre d’illustration, aux heures de pointe en matinée comme en soirée, il est interdit aux gros porteurs de se retrouver sur la route. La parade trouvée pour contourner cette réglementation, lorsqu’elle n’est pas abusivement violée, est le stationnement anarchique de ces engins le long de certaines grandes artères de la ville. Cet encombrement créé exprès occasionne encore plus de désagréments aux autres usagers de la route. A toutes les sorties de la métropole, ce phénomène est observé au quotidien. On ne compte plus le nombre de morts enregistrés du fait des multiples accidents causés par ces véhicules dont la spécialité est de rouler à vive allure, avec des freins défectueux et ce, en pleine agglomération.
Le comble est que ce n’est pas qu’à Cotonou que les gros porteurs sèment le malheur. A l’intérieur du pays, la folie meurtrière dont ils font montre sans se lasser est encore plus prononcée. L’axe Cotonou-Parakou est un exemple édifiant de la rage des conducteurs des camions déterminés à semer la mort toutes les fois qu’ils prennent la route. Des stationnements anarchiques au beau milieu de la chaussée sans aucune signalisation et même dans des tournants sont des faits d’armes de ces chauffeurs de type particulier qui n’ont que faire des prescriptions du code de la route. En plein jour, il est pénible pour les conducteurs des véhicules légers de se frayer un chemin dans le dédale de ces camions malicieusement et outrageusement disposés le long de la route pour des objectifs morbides. A la nuit tombée, le compteur nécrologique se met rageusement en marche.
Parce que la plupart de nos axes routiers ne sont pas éclairés ou le sont partiellement, les accidents de la circulation impliquant les camions surviennent à un rythme accéléré dès que le ciel enveloppe la terre de son manteau noir. On ne compte plus ces véhicules et leurs occupants qui ont fini leur course sous les camions stationnés sans aucune signalisation, du fait des pannes répétées ou des caprices des chauffeurs. Déjà en état défectueux avant leur mise en circulation, les gros porteurs sont de véritables machines à tuer. Rien qu’à les voir se dandiner sur la chaussée, les autres usagers de la route essuient des sueurs froides. Véritables cercueils roulants, ils sont incessamment à la quête de cadavres pour justifier leur raison d’être. Et, en dépit de tout ça, les autorités laissent faire. Elles seules connaissent les motifs de leur laxisme légendaire. Peu importe pour elles que les citoyens meurent sur la route. Du moment où il ne s’agit pas de leurs enfants ou de leurs proches, la série noire peut se poursuivre indéfiniment.

12-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
L’axiome est sans équivoque. Qui veut rouler à moto, doit avoir sa plaque d’immatriculation. Défaut longtemps toléré au Bénin, mais défaut bientôt (...) Lire  

En vérité : Transport en commun : le grand (...)
15-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)