Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?

Mandat non renouvelable de 5 ans terminé. Depuis le 13 Octobre, le fauteuil de Joseph Gnonlonfoun, successeur de Albert Tévoèdjrè est vacant. Officiellement, après les actes 1 et 2 pilotés par les ex pionniers du parti Notre cause commune, le poste de médiateur de la République est en suspens. A présent, la première solution qui s’offre au chef de l’Etat, c’est de désigner un successeur au magistrat qui s’efface de la tête d’une institution à polémique. La seconde, c’est de simplement envisager de la supprimer. Alors, pour les férus des devinettes politiques, il y aura-t-il un troisième médiateur de la République ou non ?
Difficile de le savoir. Pour le moment, pour une succession ouverte, les plus optimistes des prétendants se bousculent. Probablement tapis dans le rang des personnalités respectables et d’un certain âge, ils redoublent d’ardeur pour se taper 5 ans de privilèges. Seulement, il suffira d’une remise en cause de la loi instituant le médiateur de la République pour que leurs efforts soient vains. D’ailleurs, il faut avoir été bénéficiaire des prestations de cette institution pour soutenir qu’elle est vraiment indispensable dans le règlement des conflits qui opposent les citoyens à l’administration publique. Mais, à entendre la plupart des administrés, c’est une institution plus budgétivore qu’efficace. En somme, si on devait en arriver à passer à l’acte 3 du médiateur de la République, il est impérieux de repenser cette institution et son fonctionnement.
D’ailleurs, depuis son instauration, cet organe, sous la coupole de la Présidence, n’a pas véritablement marqué les esprits. Car, dans les périodes de crises aigues, les solutions d’envergure de l’institution, sous la conduite de son facilitateur en chef, n’ont presque jamais été au rendez-vous. A plusieurs occasions, la promptitude de l’Organe à s’autosaisir pour concilier les protagonistes laisse à désirer.
Pourtant, d’après les dispositions de la loi 2009-22 du 3 janvier 2014, l’institution est mandatée pour la résolution des conflits d’ordre sociopolitique et contribue à l’amélioration de l’Etat de droit. Mais, le hic est que si le médiateur de la République reçoit les griefs des citoyens, dans le processus de résolution des problèmes, il doit avant tout faire des propositions au chef de l’Etat. Finalement, avec cette dépendance, quelque part préjudiciable à son efficacité, l’objectif risque, pour la plupart du temps, de ne pas être atteint. Car, à l’instar de la formule avis consultatif, au lieu d’une impartialité dans le jugement recherchée, disons qu’ici, tant que ça ne changera pas, il sera plutôt question d’un plaidoyer.
Maintenant, entre nous, il est clair que l’objectif recherché en instituant le médiateur de la République, c’est de rassurer les citoyens qu’ils auront un interlocuteur valable en cas d’abus des pouvoirs publics. Alors, soit une volonté politique se manifeste pour un renforcement des attributions de l’institution, soit passons-nous d’un machin qui sert à peu de choses. En toute franchise, pour une institution née au forceps et vantée pour ses vertus, jusqu’ici, entre l’investissement et les résultats, je préfère laisser chacun apprécier et se faire son idée. Dans tous les cas, seul Patrice Talon a le dernier mot.

18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
La polémique n’a jamais été aussi forte. L’article 242 du code électoral relatif à l’attribution des sièges aux législatives est diversement interprété (...) Lire  

Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture (...)
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une référence malgré tout !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : De la parole à l’acte !
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’évaluation en question
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Riz japonais…Enième couplet !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)