Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Repenser les fêtes identitaires

Il y avait foule dans la commune de Covè le weekend dernier. Les fils et filles de la localité ne se sont pas faits prier, pour répondre massivement présents à l’invitation du comité d’organisation du festival Mahi Houindo. Cette 18ème édition a tenu toutes ses promesses. Comme il est de coutume chaque année depuis 1997 que ce festival a été initié, les papilles gustatives des festivaliers ont été abondamment sollicitées. Dans une ambiance conviviale, les manifestants ont fait honneur aux restaurateurs qui ont pris un soin particulier pour préparer des mets appétissants. Passé l’étape des discours et des cérémonies cultuelles, place fut faite à la fête et aux réjouissances. Drapés dans le tissu pris pour la circonstance, les festivaliers se sont offerts des moments de communion et de gaieté et le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la prochaine édition.
Enraciner la culture Mahi, la pérenniser afin de laisser un digne héritage aux futures générations pour qu’elles ne soient pas emportées par “le vent de l’acculturation”, tel est l’objectif principal poursuivi par les initiateurs de ces retrouvailles quasi annuelles. Noble ambition qui mérite d’être encouragée et soutenue. Hélas ! Les organisateurs pèchent le plus souvent en mettant beaucoup plus en exergue l’aspect festif de ces retrouvailles. Qu’il s’agisse de « Mahi Houindo », de « Nonvitcha », de « Wémèxwé », de « Gléxwé xwé », « du festival international du Danxomè » ou encore de la « fête de l’igname » pour ne citer que ces creusets, les participants n’ont d’yeux que pour la fête. La plupart de ceux qui se rendent à ces manifestations culturelles et cultuelles ne songent qu’à se remplir le ventre une fois sur place. Tout est pensé, fait et voulu comme tel. Très peu de place est laissé à la réflexion.
Ce qui doit être, c’est que ces creusets servent réellement et concrètement pour le développement des localités dont ils veulent assurer la promotion. Mais très souvent, après la fête, la foule se disperse et ne se réunit à nouveau qu’à la prochaine édition. Qu’est-ce qui est fait en termes de réflexion et de propositions d’actions pour sortir les localités concernées de l’ornière ? Pas grand-chose. Il est vrai que certaines associations à l’instar de Wémèxwé font l’effort de doter les communes de la vallée de l’Ouémé d’infrastructures socio-éducatives. Mais cela est loin d’être suffisant. La preuve, lorsque s’éteignent les feux des ripailles et de la bombance, les populations autochtones vivent la galère au quotidien. Elles manquent de tout et même du minimum pour mener une existence décente. Ces retrouvailles identitaires donnent la part belle à la fête au détriment de la « lutte contre la pauvreté ».
Dans nos contrées, les routes, les pistes de desserte rurale, les centres de santé, les écoles manquent à l’appel. Comme pour enfoncer le clou, l’eau potable et l’électricité sont des denrées rares. Quid des activités génératrices de revenus dont la promotion ferait le bonheur de milliers de ménages ? Les jeunes, scolarisés ou non, les femmes et les adultes sont à la quête du gagne-pain. Dans un contexte aussi difficile, les retrouvailles identitaires doivent mettre davantage l’accent sur les voies et moyens à emprunter afin que les affres de la pauvreté ne soient plus aussi durement ressentis par les populations. C’est à cet exercice de développement que les organisateurs des fêtes identitaires doivent s’atteler désormais. Sinon, à quoi sert-il de faire la fête seulement quelques jours si la faim et le dénuement dictent leur loi à plein temps ? La quête de l’épanouissement de chacun et de tous n’est pas de la seule responsabilité des gouvernants. Les retrouvailles identitaires peuvent et doivent y concourir.

27-11-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Un Plan cadre pour l’assistance au développement (Pnuad) concocté selon une approche participative, inclusive, et même validé en Conseil des (...) Lire  

En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Intérim en détresse à Cotonou (...)
7-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)