Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Silence, Mètonou arrive !

« La pollution sonore tue ». Pas de discussion autour. Scientifiquement, c’est prouvé. Ce n’est donc pas un hasard si, au Bénin, elle vient en tête des infractions environnementales dénoncées. Pourtant, elle est en perpétuelle croissance du fait d’un certain nombre d’activités. Cette triste réalité, le Procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou, Mario Mètonou ne l’accepte pas. Sur le terrain le week-end dernier, il a demandé aux responsables des églises et aux tenanciers des bars restaurants de cesser de perturber la quiétude des populations avec des sons hors normes. D’après les experts, ce sont des bruits qui, par exemple en agglomération, dépassent les 50 décibels.
D’ailleurs, dans nos Vons, églises et bars rivalisent d’ardeur pour arracher la palme du meilleur ‘‘ambianceur’’ sans aucun respect des tranches horaires. Pour ceux qui ne le savent pas, il y a des heures au cours desquelles, il est interdit de stresser les voisins avec des bruits. Et, connaissant la rigueur du Procureur, ce ne sont pas des paroles en l’air. Alors, même si l’habitude a fait que la plupart des victimes ne portent pas plainte, pour ne pas tomber sous le coup de la loi, les pollueurs devront insonoriser leurs bâtiments ou carrément ranger leurs appareils de sonorisation ou encore diminuer les décibels. Car, à part les églises et les bars qui, surtout en cette période de fête de fin d’année, sont les premières cibles du Procureur Mètonou, les propriétaires de scieries, de moulins et autres boutiques de vente d’articles devront aussi, en ce qui concerne l’émission de bruit, savoir à quoi s’en tenir.
Seulement, si l’anomalie a longtemps régné dans la cité, c’est parce que des responsabilités n’ont presque jamais été assumées. En réalité, le maintien de l’ordre et l’assainissement des villes est du ressort des mairies ou à défaut, de la préfecture. La logique aurait alors bien voulu que ce soit eux qui engagent cette lutte contre les acteurs de la pollution non seulement sonore mais aussi atmosphérique.
D’ailleurs, à mon avis, ça ne devrait pas être le rôle du Procureur de la République de descendre sur le terrain pour mettre en garde les populations. Mais, la nature a horreur du vide. S’il en est ainsi, souffrons que l’autorité judiciaire qui, en principe, ne doit pas manquer de sérieux dossiers sur sa table et dont la fonction est sacrée, soit obligée de se retrouver là où elle ne devrait pas. Mais, comme on dit par ici, peu importe celui qui donne le coup fatal, l’essentiel est que le serpent soit vraiment mort.
En définitive, sur un terrain préoccupant et glissant, le Procureur Mètonou avance à pas de charge. Au nom du bon voisinage et de la santé des populations, il est décidé à donner un coup de pied dans la fourmilière. Pour que désormais les textes aient leur raison d’être, des équipes vont régulièrement sillonner les quartiers de Cotonou pour un contrôle des décibels émis. A bon entendeur salut !

27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
A quoi ça sert ? Telle était la question. Et, tous furent pris de court, cherchant en vain. Pourtant, chacun en usait et en abusait. Et si on (...) Lire  

En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Progressistes et républicains : les (...)
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les vacataires sur la sellette
6-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Adieu sublimes lacs !
6-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Talon change les paradigmes
5-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Estonie pour plus de Tic !
4-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Il s’appelait Gaston Azoua
4-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérit : Femme 3C
3-12-2018, La rédaction
Editorial : Epouvantail IRM !
3-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Silence, Mètonou arrive !
27-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
C’est le temps des derniers réglages.
26-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cap sur le sport
21-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une taxe pour booster le sport !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Insécurité, période cruciale !
21-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1530

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)