Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Un chantier inachevé

A dessein, Nicéphore Soglo a été traîné dans la boue. L’honorabilité de l’ancien chef de l’Etat en a pris un coup. Celle de ses illustres prédécesseurs aujourd’hui disparus également. Nul doute que les feus Mathieu Kérékou et Emile Derlin Zinsou bénéficiaient aussi de l’erreur matérielle des services de la présidence de la République pour ce qui est de la prise en charge de leurs consommations en électricité, en téléphone et en eau. Par un courrier en date du 31 août 2017, signé du secrétaire général du gouvernement, le régime actuel, après avoir constaté l’anomalie, a décidé de ne plus assumer pour le compte des domiciles des anciens chefs d’Etat, les charges sus-évoquées. Ceci pour la simple raison que la loi N°2009-18 du 15 juillet 2009 portant pension et autres avantages aux anciens présidents de la République « intègre une indemnité pour les frais de consommation d’eau, d’électricité et de téléphone ».
Il n’en fallait pas plus pour que les anciens chefs d’Etat, en l’occurrence Nicéphore Soglo, qui a maille à partir avec le gouvernement, soient traités de tous les noms d’oiseau. Une certaine opinion a vite fait de les assimiler, lui et ses prédécesseurs, à des prédateurs des ressources publiques. Mais en réalité, ce sont les services de l’intendance de la présidence de la République qui sont à blâmer pour avoir laissé subsister une telle anomalie depuis 2009 où la loi susvisée est entrée en vigueur. Certes, les mis en cause auraient pu demander à ce que l’erreur soit corrigée. Mais encore, faudrait-il qu’ils en soient informés. Un chef d’Etat de la trempe de Nicéphore Soglo, Mathieu Kérékou ou encore Emile Derlin Zinsou n’a que faire des dépenses courantes de son domicile. A leur service, se trouve un personnel administratif et domestique apte à gérer ces considérations.
Quelles que soient les intentions qui motivent la publication du courrier adressé à Nicéphore Soglo, il faut se réjouir du fait que cette anomalie ait été détectée. C’est évident que si cette tradition a été perpétuée par inadvertance pendant toutes ces années, il y a encore beaucoup d’erreurs de cette nature qui restent à être détectées. En effet, les services de l’intendance de la présidence de la République sont considérés, à tort ou à raison, comme un couvent où les dépenses les plus inimaginables sont effectuées à des fins diverses. Des contrôles appropriés seraient la bienvenue afin que les erreurs liées au double emploi soient détectées et corrigées. Les anciens présidents de la République ne sont pas les seuls à bénéficier des avantages et privilèges. Une fois pour de bon, il sied d’assainir ce milieu au nom de la transparence et de l’utilisation rationnelle des ressources publiques.
Les officiers supérieurs des forces de défense et de sécurité d’un certain grade admis à faire valoir leurs droits à la retraite conservent ad vitam aeternam des privilèges. Des facilités leur sont également accordées. Il en est de même de ceux qui ont occupé les fonctions politiques ou administratives les plus prestigieuses et qui, par la force des choses, continuent de coûter cher au contribuable. Sans ce travail de contrôle et d’assainissement, on serait tenté de croire, en dépit de la justesse et de la pertinence de la mesure, qu’il s’agit d’un règlement de comptes politique. A tous les niveaux de l’administration, que le travail soit effectué afin que les cadavres soient vidés des placards. Mais quoi qu’on dise, Patrice Talon a frappé fort. Au nom de la justice et de la vérité, il doit aller plus loin. Sans quoi, ce serait du leurre.

6-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Energie : Prestation tendance !
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)