Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Affaire classée

Entre deux conférences de presse, le ton a changé. Au premier exercice, il y a quelques semaines, Jean-Baptiste Elias était dans son élément. Sûr de lui, brandissant des documents, avec forces gesticulations, le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) a ameuté l’opinion sur un supposé scandale mettant en cause le ministère du cadre de vie et un concessionnaire de véhicules. Comme à son habitude, il n’a pas fait dans la dentelle pour dénoncer cette énième affaire dite de prévarication avant d’appeler à la sanction. Vendredi dernier, suite à la décision du procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou de classer ce dossier sans suite, Jean-Baptiste Elias a reconsidéré sa position. Il redonne ainsi à l’entreprise préalablement incriminée sa virginité qui n’aurait jamais dû être entachée dans cette affaire.
La procédure ayant conduit à l’acquisition de 23 pickup et de 84 motos au profit d’un projet du ministère du cadre de vie et du développement durable n’engage pas la responsabilité du titulaire du marché qui a soumissionné comme toutes les autres entreprises intéressées. Comme l’a souligné Jean-Baptiste Elias, il ne s’agissait pas d’un gré à gré. Tous les soumissionnaires ont postulé sur le principe de la libre concurrence en présentant chacun une offre technique et une offre financière. Au bout du rouleau, les deux offres à l’actif de la société « les bagnoles motors » ont retenu l’attention de la personne responsable des marchés publics du ministère du cadre de vie. Comme dans toute procédure de passation de marché, il y a bien souvent un gagnant et des perdants. Et cela se joue sur des détails.
Il appartenait dès lors aux autres soumissionnaires dont les offres n’ont pas été retenues et qui s’estiment lésés d’emprunter les voies de recours consacrées par le code des marchés publics. La direction nationale de contrôle des marchés publics, l’autorité de régulation des marchés publics et les chambres administratives des tribunaux de première instance sont autant de voies de recours qui s’offrent à eux si tant est que leurs prétentions sont fondées. L’argument de la surfacturation à lui tout seul ne peut justifier la cabale lancée contre le titulaire du marché dont les offres ont été validées au cours d’une procédure qui n’a souffert d’aucune irrégularité. Encore que, avant la conclusion du contrat, l’autorité contractante a la latitude de négocier à nouveau les prix proposés par l’entreprise sélectionnée pour exécuter le marché. Ce qui a d’ailleurs été fait dans le cas d’espèce.
A quoi ça sert de jeter de l’opprobre sur une entreprise si les accusations portées contre elle sur la place publique ne donnent pas lieu à des poursuites pénales ? Sur ce dossier, beaucoup de choses ont été dites comme s’il s’agissait du complot du siècle. Mais le procureur de la République, à qui le dossier a été transmis, l’a classé sans suite, un peu comme pour dire : « circulez, il n’y a rien à voir ». Jean-Baptiste Elias aurait pu, dans le calme et en toute responsabilité, porter ses griefs à l’attention du ministre pour solliciter son arbitrage et réduire les frais. S’il avait procédé de la sorte, il n’aurait pas écorché l’image de l’entreprise qui s’investit dans un secteur jusque-là fermé aux nationaux. Dans sa démarche de lanceur d’alerte, le président de l’Anlc est utile pour la République. Mais il gagnerait à changer de méthode pour ne pas entacher de manière impulsive la réputation des uns et des autres.

4-06-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Ils l’ont tous réclamé. Pendant des années, ils n’ont pas levé le petit doigt pour apporter les corrections nécessaires. Députés pour la plupart, ils (...) Lire  

Editorial : Moteur neuf pour l’éducation (...)
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Moteur neuf pour l’éducation !
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance !
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)