Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Immortels, pas assez !

Ils ont fait l’histoire du Bénin. Avant, pendant et après les indépendances, ils ont compté aux yeux de leurs compatriotes. Ce mérite et cette présence indélébile dans les livres et les cœurs, personne ne peut le leur enlever. Mais, une éternelle et combien utile reconnaissance de la nation par leur immortalisation, ils tardent à l’avoir. Pourtant, ce devoir moral ne devait pas être une faveur. Et, ce ne sont pas des rues, avenues, boulevards, échangeurs et édifices d’envergure à Cotonou, Porto-Novo et Parakou à lier à leurs noms qui manquent.
D’ailleurs, si place il y en a eu pour leurs pairs de l’au-delà, Hubert Maga et Mathieu Kérékou, forcément, il devrait tout de même en avoir pour eux aussi. Eux, ce sont les anciens présidents Emile Derlin Zinsou, Alphonse Alley, Christophe Soglo, Maurice Kouandété, Taïrou Congakou et Justin Ahomadégbé… Sinon, qu’ont-ils fait de mal à part servir leur nation ? Pourquoi les autres et pas eux ? A-t-on besoin d’une interminable procédure et de plaider pour ça ? Pas du tout. Bien au contraire, l’immortalisation de nos anciens présidents à titre posthume doit être systématique.
En principe, il ne serait pas même exagéré, pour ceux qui sont encore en vie, de le faire pendant qu’ils sont encore vivants. Dirigeants intègres ou pas, ils sont les fleurons de notre histoire et de notre marche vers le Bénin d’aujourd’hui. Pas les autres. Surtout pas nos bourreaux dont les noms continuent toujours d’être pompeusement associés à certains de nos stades. Alors, au risque que les nôtres tombent dans l’oubli, au plus vite, il faut les célébrer et restaurer leur image. Car, seuls les actes restent. Et nos enfants ne retiendront que ce qui leur frappe aux yeux et ce qu’ils entendent. Déjà, ils en savent beaucoup plus sur les figures historiques outre-Atlantique que d’ici. Et, sans doute, ce n’est pas un hasard que, à l’école de l’immortalisation de ceux qui lui sont chers, l’Uac s’est engagée.
Bref, à mon avis, l’objectif à rechercher devrait être que les noms des figures associées à des édifices attirent l’attention et suscitent la curiosité. Immortalisés, il serait plus facile, au plan historique et touristique, de raconter nos anciens présidents ou martyrs. Sur un autre plan, s’il est vrai que la corrélation entre nos anciens présidents et les établissements baptisés en leurs noms, n’est pas la panacée pour une bonne gestion et un entretien convenable, il n’empêche que la sauvegarde identitaire peut, bel et bien, aider à renverser des tendances.
Dans tous les cas, l’immortalisation de toutes nos valeurs, la société civile devrait s’en préoccuper. A défaut d’ériger un panthéon à chacun d’eux, souvenons-nous d’eux comme cela se doit. Mais, n’oublions jamais qu’une image ou un symbole valent mieux que mille mots. Et que de notre passé et de ceux qui en étaient au centre, il faut s’imprégner pour aller de l’avant !

22-08-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Ils l’ont tous réclamé. Pendant des années, ils n’ont pas levé le petit doigt pour apporter les corrections nécessaires. Députés pour la plupart, ils (...) Lire  

Editorial : Moteur neuf pour l’éducation (...)
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La loi, rien que la loi
20-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Moteur neuf pour l’éducation !
20-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Energie : Prestation tendance !
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)