Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Un moratoire salutaire

Pour la plupart des Béninois, c’est une délivrance. Hélas ! Nombre d’entre eux avaient déjà payé un lourd tribut. Le communiqué du ministre de l’Intérieur annonçant la fin de la répression des conducteurs des engins à deux roues pour défaut des plaques d’immatriculation est venu rétablir la quiétude dans les cœurs. Les motocyclistes des cités urbaines ont connu un week-end noir. Alors qu’ils vaquaient à leurs occupations habituelles, les plus nombreux qui n’avaient pas cru devoir apposer sur leurs motos les plaques d’immatriculation en ont pris pour leur grade. Comme la foudre s’abat sans ménagement sur les arbres, c’est ainsi que le malheur les a frappés. A leur grande surprise, ils se sont vus déposséder de leurs motos embarquées manu militari pour la fourrière. Tétanisés, frappés de stupeur, ils n’en croyaient pas leurs yeux. C’est la mort dans l’âme qu’ils se sont résolus à accomplir les formalités en vue du retrait de leurs engins.
Pendant 72h, soit du vendredi 24 au dimanche 26 août dernier, c’était le qui-vive généralisé. Instruits par leur hiérarchie, les policiers républicains se sont mis à l’œuvre. C’est ainsi que des centaines d’engins arraisonnés encombrent plusieurs sites réservés à cet effet. Dans la foulée, les milliers de propriétaires de motos qui n’étaient pas en règle se sont rués vers les services de l’Agence nationale des transports terrestres (Anatt) pour se conformer à la réglementation en vigueur. Comme on pouvait s’y attendre, les agents en service dans cette structure n’ont pu faire face à ce flux de requêtes. Largement débordés, ils ont du mal à satisfaire les usagers de la route venus, qui pour retirer et fixer leurs plaques déjà établies, qui pour lancer de nouvelles commandes. C’est dans cette atmosphère insoutenable qu’est intervenu le communiqué du ministre de l’Intérieur qui remet les pendules à l’heure.
A la lecture de ce texte, il est évident que les dispositions idoines n’ont pas été prises avant le déclenchement de la phase de répression. Tout a été décidé du jour au lendemain alors qu’il faudrait d’abord prendre le temps de cerner les contours de cette opération à fort impact social. Un coup d’œil dans le rétroviseur renseigne qu’il y a quelques années, le dispositif était beaucoup plus huilé lorsqu’il a fallu lancer l’opération de respect des couloirs de circulation et du port de casque. A l’époque, pendant de longs mois, les policiers positionnés aux endroits stratégiques de la ville de Cotonou ont sensibilisé les motocyclistes sur l’importance de rouler sur la piste cyclable avec le casque sur la tête. Au moment de réprimer, la clameur soulevée en ce temps-là était moins audible par rapport à ce à quoi on a assisté ces derniers jours.
C’est heureux qu’après coup, le ministère de l’Intérieur, au vu des problèmes visiblement insurmontables suscités par la répression pour défaut de plaques d’immatriculation, se soit ravisé. Le moratoire de trois mois accordé aux populations leur permettra de se mettre en règle. Cela signifie qu’en amont, la diligence dans le traitement des dossiers doit être de mise au niveau de l’Anatt sur toute l’étendue du territoire national. L’étau qui vient d’être desserré permettra aux Béninois de se mettre au pas. Ceux qui rechigneront à accomplir les formalités pour ne pas se retrouver dans des situations douloureuses et inconfortables n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. Au terme du moratoire, la sanction sera sévère et impitoyable. A partir du 1er décembre prochain, à tout moment, les propriétaires de motos non immatriculées, pourraient se voir dessaisis de leurs biens. Ce qui s’est passé ces derniers jours n’était qu’un test, une alerte. Le plus dur reste à venir pour les récalcitrants.

29-08-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
Un Plan cadre pour l’assistance au développement (Pnuad) concocté selon une approche participative, inclusive, et même validé en Conseil des (...) Lire  

En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Intérim en détresse à Cotonou (...)
7-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers !
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A vous de jouer jeunes !
7-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’Arch !
6-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le cas Houndété
6-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La réplique de l’opposition
5-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le pressant appel de l’Eglise
31-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’eau qui sauve les Collines !
31-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Fmi-Bénin, logique intacte !
30-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le couple bénino-nigérian
25-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Enfin, que ça démarre !
25-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Formalités express au Pcj !
24-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1500

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)