Agression sexuelle sur mineure : Un répétiteur poursuivi devant la CRIET

Karim O. ANONRIN 9 mai 2022


Un homme d’une trentaine d’années, Azanvè Koffi Antoine a comparu ce lundi 9 mai 2022 devant la Cour de Répression des Infractions Économiques et du terrorisme (CRIET) pour agression sexuelle sur une mineure de 13 ans. Selon les faits relatés devant la CRIET par la maman de la victime, l’accusé AZANVE Koffi Antoine, ex-répétiteur de sa fille était de passage au domicile familial un soir aux environs de 20 heures. Ce jour-là, elle se trouvait à la cuisine. Ayant entendu quelqu’un toquer la porte, elle demanda à sa fille d’aller voir qui c’était, et ce fut le maître d’étude. Faisant confiance au visiteur, elle lui demanda de s’installer au salon pendant qu’elle regagna la cuisine où elle faisait à manger à sa famille. Au même moment, sa fille âgée 13 ans est restée au salon avec le maître d’étude. Depuis la cuisine, la maman a commencé par entendre des cris provenant du salon. Devant la Cour, elle dit avoir entendu ces cris à deux reprises et que chaque fois, c’était "aï maître ! Jusqu’à une troisième reprise où elle a entendu ‘’aīe maître ! Mais arrête !’’. C’est là qu’elle demanda à sa fille de la rejoindre dans la cuisine pour savoir pourquoi elle poussait des cris au salon. En réponse à sa maman, la petite a dit que le maître d’étude l’a juste un peu retenue. Elle ne voulait vraiment pas dire ce qui s’est passé avec le maître d’étude. C’était sans compter avec la colère de sa maman qui a dû lui administrer une gifle pour la forcer à parler. Ce n’est qu’après la gifle que la fille a tout dévoilé.
Selon la maman, sa fille lui a raconté comment le maître d’étude a abusé d’elle en foutant ses doigts dans sa partie génitale. Sale temps pour le maître d’étude qui dans la foulée, a été par la maman de la victime jusqu’à l’arrivée de son mari. Dans la même soirée, la fille abusée a été conduite chez un gynécologue qui a pu certifier qu’elle a été victime d’attouchements sexuels. Pour sa défense, l’accusé Azanvè Koffi, n’a pas reconnu les faits qui lui sont reprochés en soutenant que sa main s’est retrouvée par mégarde sur les parties intimes de la fille. Vu la gravité des faits, le ministère public a requis contre AZANVE Koffi Antoine, 7 ans de prison dont 5 ferme assorti d’une amande de 500 000Fcfa. Le délibéré est fixé au 30 mai 2022.





Dans la même rubrique