Bénin-Criet : Joël Aïvo et 02 de ses coaccusés condamnés à 10 ans de prison ferme

Isac A. YAÏ 7 décembre 2021

10 ans d’emprisonnement ferme et une amende de 45 millions ! C’est le verdict du procès de Joël Aïvo et deux de ses coaccusés. Seul alain Gnonlonfoun, le comptable du professeur Aïvo a été acquitté. Cette sentence prononcée ce petit matin de mardi 7 décembre 2021 par la Cour de répression, des infraction économiques et du terrorisme (Criet) met ainsi fin à un long moment de suspens.
Poursuivis pour complot contre la sûreté de l’Etat et blanchiment de capitaux, le Professeur Joël Frédéric Aïvo et ses co-accusés Alain Gnonlonfoun, Boni Saré Issiakou et Ibrahim Moudjaïdou ont tous plaidé non coupables. Mais dans les faits relatés par les différents accusés appelés à la barre, il y eut quelques révélations. A titre illustratif, c’est Me Robert Dossou, l’un des Avocats de Joël Frédéric Aïvo qui a annoncé les couleurs lorsque la présidente de céans a rappelé les chefs d’accusations qui pèsent sur ses clients. « Nous allons utiliser les moyens que nous donnent les instruments juridiques nationaux et internationaux pour défendre leur droit. Nous n’allons pas laisser de côté nos prérogatives pour quoi que ce soit », a dit Me Robert Dossou. A la barre, Boni Saré Issiakou, accusé d’être de mèche avec Joël Frédéric Aïvo, a laissé entendre ne jamais l’avoir rencontré, mais qu’il aurait été en contact avec l’un de ses proches, en l’occurrence un certain Gilbert Zinsou. L’autre déclaration rocambolesque de l’accusé Boni Saré Issiakou hier à la barre est qu’il n’a pas nié les accusations de préparation de coup d’Etat à la seule différence que pour lui, ce n’était qu’un montage pour escroquer un certain Arnaud Houédanou, un opérateur économique en désamour avec le fisc. Toujours à la barre, comme l’accusé Boni Saré Issiakou, son co-accusé Alain Gnonlonfoun a déclaré n’avoir jamais rencontré le Professeur Joël Frédéric Aïvo avant l’éclatement de cette affaire. Ce qui n’a pas empêché la présidente de céans, Christelle Adonon de présenter une déclaration prévue pour être lue après la réussite du supposé coup d’Etat.

La provenance des ressources financières du Professeur Aïvo
S’il y a une question qui a taraudé les esprits des juges de la CRIET hier au premier jour de procès, c’est celle relative à la provenance des ressources financières du principal accusé, le Professeur Joël Frédéric Aïvo. Sur le sujet, ce dernier n’est pas allé par quatre chemins pour justifier la provenance des fonds de sa caution électorale. Le Professeur Joël Frédéric Aïvo, sûr de lui, a dénoncé le procès en pauvreté fait contre lui pour connaître l’origine des 50 millions Fcfa de caution payés dans le cadre de la présidentielle de 2021. Pour lui, être Professeur de droit n’est pas synonyme d’être incapable de payer une caution de 50 millions Fcfa, d’autant plus qu’il exécute des consultations à l’international et qu’il bénéficie du soutien de ses amis et proches.





Dans la même rubrique