Célébration de la Saint Valentin : La Jci Sémé Podji pilier sensibilise les élèves du ceg Sèkandji

Isac A. YAÏ 17 février 2019

« Mon avenir, ma Saint Valentin ». C’est sur ce thème que la Jeune chambre international (Jci) Sèmè Podji Pilier a sensibilisé hier les élèves du Collège d’enseignement général (Ceg) de Sèkandji. Ainsi, Pour Naia Lawson, présidente de la Jci Sèmè Podji Pilier, les jeunes en général et ceux du Ceg Sèkandji en particulier, prennent 14 février pour célébrer le sexe. Conséquence, quelques mois après cette fête, ce sont des cas de grossesses en milieu scolaire qui se détectent au niveau de certaines filles. Ainsi, les investissements faits par les parents afin de garantir l’avenir de leurs enfants sont annulés. Il est donc temps que les jeunes ne confondent plus la célébration de l’amour à celle du sexe.

« Nous avons saisi l’occasion du 14 février pour faire comprendre aux élèves de Sèkandji que la célébration de l’amour n’est pas vraiment ce qu’ils pensent. Il y a quelques années en arrière, les dérives sexuelles n’avaient pas atteint le niveau constaté aujourd’hui. Beaucoup d’apprenants sont tombés dans des pièges. Nous nous sommes alors dit qu’il ne faut pas attendre qu’ils tombent avant de les relever. Raison pour laquelle nous avons initié ce projet afin de les conscientiser », a-t-elle expliqué. Pour elle, la Saint Valentin de ces élèves, c’est leur avenir à travers le sérieux qu’ils mettront dans leurs études car, ils ont tout le temps pour célébrer cette fête. « Ces enfants en âge de puberté ont besoin de ces genres de sensibilisation. Certes la Saint Valentin, c’est la célébration de l’amour, mais pas de la manière dont ces enfants la comprennent. Raison pour laquelle cette activité de la Jci Sèmè Podji Pilier est importante car, elle corrigera un tant soit peu, les comportements de déviances au niveau de ces apprenants », a précisé Alfred Hermann Mensah, Directeur du Ceg Sèkandji. Pour Balogoun Rabiatou, être à l’école est une chance et cela est une preuve d’amour des parents vis-à-vis des enfants. « C’est de cet amour qu’il s’agit quand on parle du 14 février. C’est l’ignorance qui pousse ces enfants en erreur. Il faut alors leur apporter la vraie information », a-t-elle ajouté. Pour cette activité, la Jci Sèmè Podji a été soutenue par des partenaires tels que l’Ong Love Power, l’Agence béninoise pour la promotion de la famille (Abpf), Tranparancy international…





Dans la même rubrique