Electrification hors réseau au Bénin : OnSSET pour une énergie décentralisée et planifiée

Isac A. YAÏ 16 février 2019

Pour atteindre l’accès universel à l’électricité d’ici 2030, il est nécessaire de combiner l’extension du réseau et les technologies hors réseau. A cet effet, les experts de l’université KTH et ceux de l’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV) se sont associés en partenariat avec la Direction Générale des Ressources Energétiques du ministère de l’énergie pour collecter des données géo-spatiales et des informations énergétiques actualisées afin d’identifier les solutions d’électrification les plus rentables pour chaque ville et village du Bénin. Cette démarche leur a permis, grâce à l’outil OnSSET (Open Source Spatial Electrification Tool ou Outil d’électrification spatiale libre) , de faire une planification flexible qui prend en compte non seulement les aspects technologiques, mais également les différents niveaux de demande d’électricité. « OnSSET est un outil basé sur le Système d’information géo-spatiale (SIG) QGIS, développé pour identifier les voies optimales d’électrification pour une région, dans des conditions déterminées », a expliqué Edouard Fagnon, l’un des cadres de l’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV). Pour faire comprendre cet outil de planification énergétique aux différents acteurs du secteur de l’énergie, un atelier de formation a été organisé à l’endroit des représentants du ministère de l’énergie et des organismes sous tutelle, des universités, de l’Autorité de Régulation de l’Electricité, de l’UC-PDER, des Partenaires Techniques et Financiers et du secteur privé. « L’agenda pour le développement durable s’est fixé pour objectif l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030. L’enjeu est donc de taille, car il s’agit d’atteindre des populations à revenu limité, vivant souvent dans des zones rurales.

OnSSET, la solution indiquée
Dans ce contexte, OnSSET est mieux indiqué, car il calcule le mix optimal des solutions de densification du réseau, d’installation de systèmes autonomes ou de mini-réseaux pour l’électrification. Le choix de la meilleure option est effectué dans l’optique de minimiser le coût moyen de l’électricité (LCOE) », a précisé Edouard Fagnon.
A l’en croire, OnSSET fait un maillage de la zone d’étude. L’utilisateur peut définir un objectif chiffré d’accès à l’électricité des ménages urbains ou ruraux. Cette différenciation se justifie par le fait que la demande d’électricité est souvent plus élevée en zone urbaine qu’en zone rurale.

L’algorithme qui prend en compte les densités démographiques, la longueur et le coût probable du réseau, le transport et la comparaison des LCOE détermine les endroits où l’extension du réseau est préférable aux solutions hors réseau. Le choix entre l’extension du réseau et l’électrification décentralisée dépend en grande partie de l’éloignement et de la quantité d’électricité consommée par les ménages et les entreprises nouvellement connectées. Quant aux systèmes photovoltaïques autonomes, ils sont davantage adaptés aux zones rurales à faible concentration démographique .
Les résultats obtenus présentent alors la combinaison des diverses technologies et les investissements nécessaires à la réalisation de l’accès universel dans le pays modélisé, dans un certain délai. Pour les représentants de la DGRE présents à l’atelier de formation, les mini-réseaux et les technologies autonomes au Bénin peuvent être un moyen pour attirer les investisseurs privés afin d’accélérer l’électrification à court et moyen terme. De plus, les scénarios avec un déploiement important de systèmes décentralisés peuvent conduire à un mixte énergétique plus propre au Bénin.





Dans la même rubrique