Examen du premier diplôme universitaire : Conetra-Bac préoccupée par l’harmonisation dans l’espace Uemoa

Isac A. YAÏ, Patrice SOKEGBE 27 février 2020

Prendre connaissance des contraintes et implications de la réforme et de l’harmonisation du Bac-Uemoa et son impact sur les acquis au Bénin, faire le bilan des travaux du baccalauréat 2019. Telles sont entre autres les ambitions qui sous-tendent l’organisation hier au lycée technique Coulibaly de Cotonou des assises ordinaires annuelles de la Conetra-Bac.

A en croire le porte-parole de la Coordination nationale des enseignants pour les travaux du Baccalauréat (Conetra-Bac), Maxime Okoundé, outre les problèmes liés à la vie interne de leurs structures, ce conclave annuel statutaire qui a regroupé pour la circonstance, les membres de l’organe exécutif, les porte-paroles des bureaux de centre de correction, des cadres de l’Office du bac et le comité d’Experts vise à évaluer le Bac 2019 et formuler des propositions en vue de l’amélioration de l’organisation du Bac 2020. Il s’agit donc de répertorier les problèmes majeurs qui se sont posés au cours du Bac (Rib, validation des listes, conditions de travail, hébergement) avec à la clé des propositions réalistes pour corriger le tir.Tout en débattant sur la vie interne du conetra-Bac, à travers la formulation de propositions opportunes, les participants ont unanimement apprécié la communication sur les implications de la réforme et l’harmonisation du Bac dans les pays membres de l’Uemoa face aux acquis des enseignants béninois. L’Expert Edmond Annie Dossa a abordé plusieurs préoccupations relatives aux changements attendus comme l’harmonisation des séries, des programmes, des critères de repêchage, des épreuves, de contrôle continu et la mise en œuvre pratique de la cogestion. Le Bac unique dans l’espace Uemoa étant envisagé pour l’horizon 2024-2025, "Nous tirerons toutes les conséquences qui s’imposent afin que dans la proactivité et aussi dans la vigilance, nous puissions nous préparer à affronter efficacement les défis et sauvegarder l’essentiel de nos acquis" a martelé le porte-parole Conetra-Bac.





Dans la même rubrique