Harcèlement sexuel dans les médias au Bénin : la réaction de l'Amicale des femmes de l'ORTB

Isac A. YAÏ 5 mai 2020

Depuis le 1er mai dédié à la fête du travail, circule sur les réseaux sociaux, la dénonciation d’une journaliste de l’Office de Radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB) sur le harcèlement sexuel dont elle serait victime de la part de ses supérieurs hiérarchiques. Cette dénonciation qui a suscité beaucoup de commentaires et de critiques sur les réseaux sociaux n’a pas laissé indifférente l’Amicale des femmes de l’ORTB. A travers un communiqué signée de sa présidente Catherine Tawes, l’Amicale a fait la part des choses dans la déclaration de leur collègue membre.

COMMUNIQUE AMICALE DES FEMMES DE L’ORTB
C’est avec une grande tristesse que l’Amicale des femmes de l’ortb (AF/ORTB) a appris sur les réseaux sociaux, une dénonciation de viol et harcèlement moral et sexuel d’une collègue membre de l’Amicale.
C’est le rôle de l’Amicale de soutenir ses membres et le personnel féminin en général pendant des moments de réjouissances mais surtout de peines et de multiples épreuves. Cependant, l’Amicale se désole de n’avoir a aucun moment été officiellement saisie de quelque cas ou plainte de cette nature. Autrement, notre creuset aurait conseillé des voies plus indiquées pour éviter tout amalgame et toute confusion suscités par l’utilisation des réseaux sociaux.
La preuve, tout le monde en parle, en rajoute, tronque, toutes choses qui pourraient se retourner contre la collègue et tout l’Office.
A l’étape actuelle des choses, n’ayant pas plus d’information, nous invitons notre collègue à garder le moral haut, à saisir les voies officielles pour laver son honneur et celui de la femme de l’ORTB. L’Amicale reste disponible pour l’accompagner si elle le juge nécessaire.
Nous invitons toutes les femmes de l’ortb à la sérénité et rassurons tous ceux qui de près ou de loin se sont intéressés à ce dossier de ce que l’ORTB n’est pas la poubelle que des internautes mal intentionnés essaient de faire croire. Ce faisant, ces derniers portent atteinte à la dignité de toutes ces mères et jeunes dames de l’Office. Sachons raison gardée en pareille circonstance. Restons fortes, dignes et professionnelles.

Ensemble, plus fortes !

Vive l’Amicale des femmes de l’ortb,

Vive la femme des médias,

Vive l’ORTB.

Cotonou le 4 Mai 2020

La présidente

Catherine TAWES





Dans la même rubrique