Mort de Rosine Soglo : les témoignages de Quenum, Monnou, Houédjissin et de Agoua

26 juillet 2021

Epiphane Quenum, ancien député
elle était impériale dans ses prises de parole et dans ses prises de position"

« J’exprime ma profonde tristesse après la disparition de Maman Rosine Vieyra "Soglo. Elle fut première Dame du Bénin de 1991 à 1996. Elle a été élue au parlement du Bénin en 1999 et y est restée jusqu’en 2019. Elle était véritablement la figure de proue des Amazones du Bénin. Elle montrait l’exemple de la capacité féminine au parlement. Elle avait un caractère déroutant, elle était impériale dans ses prises de parole et dans ses prises de position dans l’intérêt supérieur de la Nation. Pour ne pas dire qu’elle était une Manager de la vie politique nationale. C’est la première femme présidente d’un parti au Bénin qu’elle a dirigé de main de maître et tous les grands hommes de la classe politique nationale, soit au niveau de la renaissance du Bénin soit dans les Alliances qui ont été créées (ADD, Alliance Wologuèdè, Union fait la Nation) le reconnaissent. Il faut dire que Rosine Vieyra Soglo s’était imposée à tous ces grands messieurs et qui la respectent. Je voudrais donc dire que c’est une véritable perte quoi que son âge était avancé. On aurait souhaité qu’elle reste un peu à conseiller et à former d’autres générations féminines qui pourraient prendre la relève. Mes sentiments sont au plus bas. Mais c’est avec un grand respect que je salue le départ vers le royaume céleste de Mme Rosine Vieyra Soglo qui est ma chère Maman.
J’ai beaucoup de complicité avec elle. Vous savez que je suis toujours assis à gauche. Je peux même vous dire que quand le parlement vibre, lors des grands débats, beaucoup de grands s’approchent de moi pour que j’arrive à lui parler pour lui faire accepter les compromis. Je voudrais dire que toute la classe politique doit saluer la témérité, la force de caractère, l’intrépidité de cette grande dame. Elle a été celle qui a réalisé la promotion de ce parlement béninois. Au plan ouest africain, africain et international, elle inspire le respect. Nous avons perdu une grande combattante et une véritable amazone des temps du renouveau démocratique. Tout ce qui a un début a une fin.

Edgar Yves Monnou, Avocat
"Rosine Vieyra Soglo est une femme honnête, loyale et qui ne trahit jamais "

…Mes premiers mots sont d’abord ceux de compassion. Je présente toutes mes condoléances à sa famille, à son époux le président Nicéphore Dieudonné Soglo et à ses enfants Léhady et Galiou Soglo. C’est une famille soudée, très intimement liée, les membres sont liés les uns avec les autres. En tout cas, elle a fait en sorte de constituer le ciment de sa famille. Le souvenir que je garde d’elle est celui d’une femme battante, capable de tout pour préserver sa famille et préserver les valeurs familiales, la cohésion de la famille et la défense de ses membres. Ensuite, Rosine Marie Vieyra Soglo plus connue sous le nom de Rosine Vieyra Soglo est une femme honnête, loyale et qui ne trahit jamais quelles que soient les conséquences que cela implique. Elle est très courageuse et il vaut mieux l’avoir comme amie que comme adversaire. Elle fait toujours tout pour préserver ce qu’il est convenu ensemble en gardant toujours un œil attentif sur l’objectif qu’il faut atteindre. On l’a plutôt malheureusement connue en politique avec les sorties médiatiques qui l’ont caractérisée. Ces sorties font partie de sa personnalité. Elle ne cède devant rien. Elle est une femme qui sait là où elle va sur le plan politique. Elle restera à jamais un exemple pour les femmes. Rosine Vieyra Soglo est une femme que j’aurai du mal à oublier parce qu’en son temps, elle m’a aussi porté sur son épaule. J’étais son fils avec qui elle a beaucoup travaillé. Paix à son âme...

Maxime Houedjissin, ancien député
« Elle aimait dire la vérité quoique cela puisse lui coûter »

Je suis abasourdi, abattu…Je cherche mes mots. C’était une femme engagée, une battante, une femme véridique. Elle aimait dire la vérité quoique cela puisse lui coûter. Elle ne tournait pas autour du pot. Elle savait anticiper et trouver des solutions aux problèmes qu’on lui posait.
Elle était aussi très fidèle en amitié. Sur le plan politique, elle va nous manquer. Je ne vois pas son époux tenir dans ces moments douloureux. Les deux se concertent et se complètent. Ils font tout ensemble. C’est une perte pour la famille et pour le pays. C’était une femme politique hors pair qui savait prendre la décision au moment où il fallait. Même quand vous n’avez pas eu satisfaction avec elle, et que vous rentrez en vous-mêmes, vous trouvez que c’est elle qui a raison.

Edmond Agoua, député à l’Assemblée nationale
« C’était une femme de caractère et de principe »

« Je garde une bonne impression d’elle. Elle a eu un bon parcours. C’était une combattante, une femme de caractère et de principe. C’est vrai qu’il lui arrive d’être parfois brutalE, mais on a géré ça. Je pense qu’elle a beaucoup apporté à la politique au Bénin. Son rôle pour l’émancipation de la femme est manifeste. A partir d’elle, beaucoup de femmes ont compris qu’elles pouvaient faire aussi de la politique et rentrer dans les cercles de décision. Elles ont su qu’elles peuvent aussi faire de grandes choses. Ce n’est pas seulement le matériel qui peut constituer ce qu’un être humain peut laisser sur terre.





Dans la même rubrique