Obtention du récépissé définitif pour les communales de 2020 au Bénin : L’expérience politique a fait la différence

Arnaud DOUMANHOUN 1er avril 2020

Sur la voie du renouvellement des 77 conseils communaux, depuis lundi dernier, le ciel est nettement dégagé. Sauf avis contraire de la Cour suprême, ils ne seront que 5 et fort curieusement, les plus grands qui soient, à être présents dans le starting-block des communales du 17 mai prochain. Dans une course qui s’annonce très indécise, exit donc les novices de l’animation de la classe politique que sont Mpl, Moele-Bénin, Fcdb et Per. Avant eux, Dud, le Parti de la flamme renouvelée, le Gsr et même Restaurer l’espoir n’ont pas osé se lancer dans la quête des candidatures pour être en mesure de faire acte de présence à la Cena. A l’arrivée, la belle course des communales du 17 mai prochain se fera avec de vieux briscards de l’histoire politique du Bénin.
En effet, si a priori, d’aucuns peuvent penser que le Bloc Républicain et l’Union progressiste sont à l’instar des recalés également nés de la dernière pluie, à la vérité, il faut reconnaître qu’ils découlent de la fusion de grands partis. Ainsi, des cendres de l’Union fait la nation et d’autres partis encore, l’Union progressiste tire sa grandeur. Pareil pour le Bloc républicain qui peut aussi se prévaloir des riches expériences du Fard-Alafia, de l’Alliance Abt et bien d’autres regroupements politiques. En somme, à ces niveaux, il a été fait du neuf avec du vieux. Pour le reste des admis déclarés par la Cena, même fragilisés par les aléas politiques internes qu’externes, les Fcbe et le Prd ont tenu leur rang et logiquement, ils feront valoir leur droit de briguer les sièges dans tous les conseils communaux.

Les grands ont tenu leur rang !
Pour rappel, dix ans d’exercice du pouvoir par les Fcbe en dépit des coups de semonce et de l’herbe qui n’y est plus verte, en termes d’expérience et de la conduite des dossiers, il y a toujours un acquis qui n’est pas négligeable. Ne parlons pas du Prd, seul parti à l’entame de l’ère du renouveau démocratique qui jusqu’ici, résiste à toutes les velléités des nouveaux dinosaures qui ne rêvent que de le phagocyter. En plus, avec un leader charismatique, trois fois président de l’Assemblée nationale, des inconditionnels rompus à la tâche et des leçons tirées du faux pas des législatives de 2019, ç’aurait été carrément la catastrophe si, une nouvelle fois, l’étape de la Cena n’avait pas été franchie.
Pour ce qui est de l’Udbn, la moins cotée des partis retenus pour la course des communales, son grand mérite, c’est la détermination de sa présidente à ne pas lâcher la hache avant la cognée. Sinon, si d’un classement au mérite pour ne pas dire sur le plan expérience, il devrait s’agir en ce qui concerne les cinq retenus par la Cena, la formation politique dirigée par Claudine Prudencio se retrouverait tout au fond de la classe. Mais, en l’absence de Restaurer l’espoir et de la Dud, l’Udbn démontre qu’elle surpasse tout simplement les novices que sont Moele-Bénin, Per, Fcdb et le Mpl.

Moele-Bénin et Fcdb, échec répétitif
De toute façon, aucune des formations politiques recalées ne dispose de figures politiques emblématiques ayant un parcours électif honorable. Autrement, avec Moele-Bénin, Per, Fcdb et le Mpl, il est difficile de compter avec l’expérience d’anciens députés ou d’anciens maires. D’ailleurs, entre postes nominatif et électif, on peut aisément comprendre au vu des tristes expériences de Moele-Bénin et de Fcdb à la Cena, qu’il y a une sacrée différence. A l’heure actuelle, en commun, ces deux partis partagent désormais leur échec à la participation aux législatives de 2019 et aux communales de 2020. Si une erreur peut être pardonnée, sa répétition ouvre la voie à une mort certaine. Ce qui est sûr, dans un navire qui jamais ne jette l’encre, malheur au passager qui embarquera.
A l’évidence, le défaut d’expérience et de notoriété manque cruellement aux novices de la classe politique nationale. Pas la peine de faire constater avec le nouveau système partisan que l’apprentissage de la participation aux joutes électorales est dur. Sans doute pour corriger le tir pour les communales de 2020, il est tard. Alors, aux novices notamment Fcdb et Moele-Benin d’apprendre de leurs échecs et de comprendre que l’ambition est une chose. Mais, le réalisme est une autre et qu’avec plus d’expérience, il est facile d’arriver à bout.





Dans la même rubrique