Rejet du dossier du PER pour les élections municipales et communales : la réaction de Nathanaël Koty

Isac A. YAÏ 4 avril 2020

« Le PER n’a pas échoué. Il a perdu une petite manche de la bataille, mais alignera victoires sur victoires ». C’est en ces termes que Nathanaël Koty, président d’honneur du Parti pout l’Engagement et la Relève (PER) a brisé le silence ce samedi 04 avril 2020 suite au rejet du dossier de déclaration de candidatures de son parti aux élections municipales et communales par la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA).
A travers un point de presse animé au siège de son parti en présence de ces militants, Nathanaël Koty s’est dit surpris de voir le PER écarté de la compétition du 17 mai prochain par la CENA le 30 mars 2020 en invoquant l’absence de pièces dans certains dossiers de candidature. « Nous prenons simplement acte de cette décision de la CENA, ien qu’en notre âme et conscience, nous estimons avoir fait tout ce qui était de notre devoir, pour remplir les conditions de notre participation à ce scrutin du 17 mai prochain. A mon humble avis, les motivations de notre rejet sont à rechercher ailleurs. Y-a-t-il eu derrière tout cela, des mains expertes qui ont œuvré dans l’ombre contre le valeureux Parti pour l’Engagement et la Relève pensant ainsi tuer dans l’œuf, cet élan d’espérance et cette noble ambition dont il est porteur ? Je pense qu’un jour, tout ce qui paraît mystérieux aujourd’hui sera révélé à la lumière de la vérité », a-t-il dit.
A l’en croire, la CENA devrait être clémente vis-à-vis des partis car, après la réforme du système partisan, les prochaines élections communales et municipales sont les plus difficiles de l’histoire du Bénin. « C’est un véritable parcours de combattant que de réussir à mobiliser 3630 dossiers de candidatures pour les 546 arrondissements de notre pays. Dans la mesure où, ce n’est pas aisé d’obtenir les actes que ce soit… Même les décisions prises par le gouvernement de rendre gratuites les légalisations des actes constitutifs des dossiers de candidature, n’ont pas été suivies à la base », a-t-il précisé.
Selon Nathanaël Koty, la CENA devrait être indulgente en ce qui concerne les quelques défaillances qui ont pu se glisser dans le montage de dossiers de candidatures. Mais malgré ce rejet, le PER ne fera aucun recours devant la cour suprême.
Même recalés, les militants du PER ne se découragent pas. Ils se disent prêts pour les combats politiques à venir. « Le PER n’a pas échoué. Il se tient debout pour les présentes élections. De la manière la plus rigoureuse, son influence sera constatée dans les urnes », a conclu le président d’honneur du PER.





Dans la même rubrique