Test de vaccin Covid-19 en Afrique : l’OMS s’offusque contre les propos racistes

Fulbert ADJIMEHOSSOU, Isac A. YAÏ 9 avril 2020

L’Organisation Mondiale de la Santé réagit enfin à la polémique sur le test de vaccin Covid-19 en Afrique. Laquelle polémique fait suite à des propos de Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm à Lille et de Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l’hôpital Cochin. "Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le sida, ou chez les prostituées : on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées. Qu’est-ce que vous en pensez ?", avait lancé Camille Locht sur la chaîne française LCI.
Cette déclaration et la réponse de Jean-Paul Mira ont suscité de vives réactions sur la toile, contraignant les auteurs à présenter des excuses. L’OMS à son tour a décidé de réagir aussi pour condamner des propos "racistes". « Ce genre de propos racistes ne font rien avancer. Ils vont contre l’esprit de solidarité. L’Afrique ne peut pas et ne sera un terrain d’essai pour aucun vaccin », a affirmé le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Pour l’OMS, l’Afrique ne peut pas et ne sera pas un laboratoire de test pour un quelconque vaccin. « Nous suivrons les mêmes règles et le même protocole pour tous les essais de vaccins ou de thérapies partout dans le monde. Ce genre de résurgence de mentalité coloniale doit cesser. C’est vraiment une honte d’entendre ça au 21e siècle, et en plus de la part de scientifiques. Tous les êtres humains seront traités comme tels dans la lutte contre le coronavirus », a-t-il martelé.





Dans la même rubrique