chronique culturelle : HOMMAGE A LA CREATION

La rédaction 26 octobre 2018

Les hommages, quelle que soit notre humilité, nous importent tous. De la reconnaissance d’un mérite sous plusieurs formes aux divers témoignages envers soi en sa présence ou en son absence, notre esprit prend un coup, un des plus positifs ou négatifs selon notre personne, même si le parfum de l’hypocrisie renforcé par la coutume vient parfois tout embaumer d’un air positif.
Il y a bel et bien des valeurs, qui ont réussi à nous toucher, sidérer, séduire et même éduquer. Nous n’avons autre intérêt que de les célébrer de leur vivant, à travers trophées et distinctions mais aussi par des hommages vifs après leur départ de cette terre. Ils auraient réussi à s’immortaliser. Si l’on dit que l’artiste ne meurt jamais, l’on peut aussi recommander aux mélomanes de ne jamais oublier les auteurs des œuvres qui les ont marqués.
Nous en avons eu, et les exemples sont légion, qui parfois ont servi de générations sacrifiées, d’autres de références ou encore de sources d’inspiration. Mais le constat reste amer. Presque pas de véritables distinctions pour la reconnaissance de tout le travail abattu au profit de la nation qui aurait connu une certaine promotion qu’on ne peut quantifier à juste titre en terme de revenu à l’Etat.
Nos artistes et artisans créent, s’échinent au quotidien, boostant ainsi la visibilité de leur pays au-delà des frontières. Mais hélas, aucun baromètre n’existe, capable de mesurer l’effet et de définir clairement une politique d’accompagnement à leur profit.
On ne pourrait les citer, nous les connaissons, leurs familles ne se contentent que de leurs noms et parfois de certains titres et œuvres populaires qui baignent pratiquement dans une neutralité en matière de recouvrement de leurs droits d’auteurs.
Le seul exemple que nous nous permettrons de donner ne vient pas du Bénin et devrait juste nous inviter à revoir notre copie et nous enseigner que « PROMOTION ET IMMORTALITE DE NOS VALEURS RESTENT NÔTRE »
On peut également saluer au passage et au pays quelques initiatives des plus rares et dans ce sens : La Toussaint des Artistes qui s’annonce sous peu.
Vivement que nos esprits soient de mieux en mieux éclairés, pour que les réalités de notre culture s’imposent à nous.
L’immortalité, c’est à travers les œuvres déposées et le perpétuel souvenir de ceux qui en jouissent.
Gildas LANTONKPODE



Dans la même rubrique