Editorial : Occultisme pour boycott !

Angelo DOSSOUMOU 26 août 2019

L’image est frappante. Après les dernières élections législatives, la récurrence du phénomène devient inquiétante. Au pays du voudou, la formule de la contestation par les moyens occultes s’invite dans tout au point où les adeptes du boycott de l’évaluation diagnostique des Ace 2008 en ont fait leur refuge. Désormais au Bénin, il y a une espèce de race, dès qu’elle est contre une décision, une loi ou un ordre établi, pour obliger la grande masse à épouser sa position, il lui suffit de la dissuader de tout autre choix avec la menace des gris-gris. Justement, samedi dernier, par endroits notamment dans les départements de l’Atacora et du Borgou, certains enseignants en passe d’aller composer et de respecter les consignes données par leurs centrales syndicales ont été empêchés de s’exécuter à cause du positionnement devant les établissements des talismans et des amulettes.
Ainsi, au prix de la peur vendue, ils ont arraché l’adhésion d’une partie des Ace 2008. Certainement, contents d’une victoire éphémère, ils sont prêts à récidiver et à toujours semer la confusion. Sinon, quand on est sûr d’avoir raison et d’être suivi dans sa logique par l’ensemble de ceux qu’on dit défendre, on ne fait pas recours à ce moyen qui sort de l’ordinaire. En plus, avec ce déploiement peu catholique, il va sans dire que c’est la plus piteuse des images que les partisans du boycott renvoient à nos enfants à qui ils sont sensés apprendre le respect de la différence et le savoir vivre en société. Au décompte, on peut comprendre aisément qu’ils résistent pour eux-mêmes car peut-être conscients de leurs limites mais certainement pas pour tous les Ace 2008 absents à la composition du samedi qui, j’en suis sûr, ne leur ont rien demandé.
Heureusement que d’ores et déjà, il est prévu une session de rattrapage pour donner une dernière chance aux victimes des partisans du fétichisme anti-développement. Maintenant, si cette fois-ci, il a manqué de l’anticipation pour assurer la sécurité des enseignants où qu’ils soient, le gouvernement n’aura plus l’excuse de la surprise afin que les enseignants Ace 2008 qui le désirent se fassent évaluer. Après tout, dans un Etat responsable et démocratique, il est inadmissible qu’un groupuscule de meneurs arrive à imposer son choix, même si c’est par endroits, à la majorité.
Enfin, étant donné qu’à l’exception de la Cstb, toute les autres centrales syndicales avaient appelé leurs militants à aller composer, la meilleure façon aux boycotteurs de tester la popularité de leur position, c’était de laisser le libre arbitre à tout un chacun. Au cas contraire, il revenait au gouvernement de prendre toutes ses dispositions pour éviter qu’une dictature fétichiste ne tienne tout le monde en respect. Ce qui est évident, s’il y a eu les législatives et maintenant les évaluations avec le même mode opératoire, il faut véritablement craindre une généralisation. Et franchement, dans un pays moderne qui se construit, cela est inadmissible.
En somme, il est essentiel que les partisans du boycott sachent que nos enfants les regardent. L’Etat ne les paiera pas pour qu’ils leur vendent la paresse et leur apprennent la contestation par des subterfuges. D’ailleurs, qui est le premier à réclamer plus de démocratie ne doit non plus être le premier à se mettre au travers des décisions frappées du sceau de la majorité. Autrement, la particularité qu’on retiendra d’eux, c’est qu’ils ne sont rien que des farceurs. Ni plus ni moins.





Dans la même rubrique