Editorial : Référence indienne attendue !

Angelo DOSSOUMOU 25 juillet 2019

Encore de quoi croire en l’avenir d’un Bénin qui vise les sommets. Ça n’arrive pas souvent et cette fois-ci, c’est même historique. D’ici 72H très précisément, l’Inde, un géant sera dans nos murs et de cette visite de son président Ram Nath Kovind, les profits à tirer ne sont pas des moindres. Déjà, pays dans le top six des plus riches au monde en termes de Produit intérieur brut grâce à une série de réformes, le dragon asiatique force l’admiration de par son parcours. Aujourd’hui, réussir brillamment à arracher le renforcement d’une coopération avec un pays exemplaire est ni plus ni moins un exploit. Et pour cause, dans bien de secteurs, ce pays parti de nulle part peut nous être d’une grande utilité.
Avant tout, pour suivre les meilleurs sentiers qui conduisent au développement, l’expérience est capitale. Mais elle ne s’achète pas. De plus, même si comparaison n’est pas raison et donc que la vérité de l’Inde n’est pas celle du Bénin, il y a quand même le moyen de percer un mystère et d’essayer de faire comme. Plus sérieusement, le prochain hôte du Bénin s’annonce à Cotonou, avec dans ses valises, des accords bilatéraux pour des secteurs clés. D’ailleurs, c’est le contraire qui aurait étonné. Car, en mai 2017, le président Patrice Talon était également en Inde où il a rencontré des investisseurs. Alors, la visite historique de son homologue Ram Nath Kovind au Bénin, sonne comme une suite logique chargée d’heureuses perspectives.
S’il est vrai que la diplomatie ne bavarde pas et que, pour l’instant, elle ne nous a pas encore défini toutes les retombées d’une visite qui est tout sauf anodine, il n’empêche que nous avons affaire à bien d’expertises indiennes. Ainsi, qui parle de ce dragon de l’Asie pense tout de suite à de spécifiques secteurs notamment ceux de l’agriculture, de l’industrie et de la pharmacie. Il va sans dire que l’allié indien peut être d’un grand secours pour non seulement approfondir de nouvelles techniques agricoles mais aussi renforcer sa mécanisation.
L’autre filière où le pays du président Ram Nath Kovind excelle, c’est celle de l’industrie du textile. Pas la peine de démontrer que c’est une aubaine pour un pays qui, depuis peu, ne respire que par les records de production de l’or blanc. N’oublions pas non plus qu’en matière de produits pharmaceutiques, l’Inde a beaucoup à apporter au Bénin. Dans bien d’autres secteurs comme les services, l’avance sur le Bénin est très considérable. Au total, du 28 au 30 juillet prochain, il y a un géant économique à convaincre et, sans doute, de l’accueil et des atouts à lui opposer, dépendront la suite des évènements.
Au fond, venir n’est déjà pas synonyme d’investir automatiquement puisqu’entre les attraits vantés et les réalités touchées du doigt sur le terrain, il peut y avoir un monde. Cependant, quand des possibilités de charmer foisonnent, l’optimisme ne peut qu’être de mise. En fin de compte, nous avons un géant à chérir alors, ne le laissons pas s’échapper sous nos yeux.





Dans la même rubrique