Editorial : Souveraineté ou malhonnêteté à la Cena ?

Angelo DOSSOUMOU 4 septembre 2018

Encore une affaire de centaines de millions ! Pas ceux de la caution pour se porter candidat à la présidentielle au Bénin mais ceux à justifier par la Commission électorale nationale autonome. D’après un rapport de l’Inspection générale des finances, dépêchée au sein de l’institution au mois de juin 2018 suite à des dénonciations, le ver est vraiment dans le fruit. Passées les premières réserves sur l’orthodoxie financière entourant certaines opérations, plus de 325 millions ont été relevés comme manquant de caisse par l’Igf. Défense des présumés coupables de malversations : « dépenses de souveraineté ». Et donc, en principe, rien à justifier.
Sauf qu’ici, le rapport de 19 pages de l’Igf relève qu’aucunement, il n’est prévu, nulle part dans le budget de la Cena, gestion 2015-2016, ces dépenses de souveraineté. D’ailleurs, le décret portant régime indemnitaire des membres de la Cena ne prévoit pas ce chapitre. Pas au bout de ses surprises, l’Igf a également touché du doigt la non-conformité entre les primes journalières de plénière payées et le montant total ordonnancé. Ne parlons plus de la procédure de passation des commandes publiques. Là aussi, les irrégularités font frémir. Finalement, si on se résume, la Cena est gérée comme une épicerie. Avec le passage en ces lieux de l’Igf, on comprend mieux pourquoi l’organisation de nos élections coûte aussi cher.
Sans rentrer dans les détails, à la Cena, la surfacturation bat son plein. Si on s’en tient au rapport de l’Igf, elle gonfle les prévisions des commandes de bulletins de vote. Aussi, renchérit-elle les prix des Pv de dépouillement et des moindres services. J’imagine que pour davantage raser les ressources mises à disposition, nos ‘‘Cénateurs’’ alignent, autant qu’ils le peuvent, les plénières. Et si à cela, ils trouvent à se taper allègrement jusqu’à 325 millions de dépenses de souveraineté, tant mieux pour eux et tant pis pour les caisses de l’Etat. Donc, les dizaines de milliards budgétisés n’avaient pas très souvent leur raison d’être. Une partie était pour les élections et l’autre, malheureusement, pour les poches.
Enfin, grâce à l’Igf, on est désormais certain que pendant que le contribuable serre les ceintures et se saigne pour que survive sa démocratie, un groupuscule d’érudits profite malhonnêtement de ses privations. Durant des décennies, au lieu de servir, ils se sont servis. Visiblement, cette injustice a pris du temps à éveiller les soupçons au point d’attirer la curiosité de l’Igf. Mais, 100 jours pour les prévaricateurs, un jour pour le peuple. Et comme il fallait s’y attendre, ce jour est arrivé avec des révélations très répugnantes. Maintenant, et tout le monde le sait, à la Cena, il y a un mal à circonscrire, et pour la santé de la caisse nationale, un mécanisme anti-gabegie à trouver.
Certainement, après le rapport de l’Igf, la situation à la Cena ne restera pas longtemps en l’état. Je suis convaincu que d’ici à là, les réformes appropriées pour pallier la mauvaise gouvernance à ce niveau suivront. Déjà, probable formule à envisager, un cabinet sélectionné après appel d’offres pour gérer les fonds. Ou encore, j’ai peut-être tort, une gouvernance directement reliée au Ministère des finances et pourquoi pas, à la direction de passation des marchés publics. Tout compte fait, pour la démocratie, il faut sauver la Cena de la corruption. C’est une urgence !





Dans la même rubrique