Editorial : Virage 2020 frein en main !

Angelo DOSSOUMOU 17 décembre 2019

C’est une triste constance. Le Tôfa et le Houéfa n’ont, jusqu’ici, rien pu y changer. En fin d’année, une sinistre tradition veut que l’année finissante fasse son bilan de tragédies avant de passer à la nouvelle. Et bizarrement, au cours de cette période, les avertissements et les sensibilisations n’arrivent généralement pas à prendre le dessus sur l’imprudence des usagers de la route. Et donc au dernier virage pour le passage de 2019 à 2020, sur nos routes, le feu est à l’orange et il faut craindre le moindre excès. En d’autres termes, déjà à notre niveau, assurons-nous que nous sommes aptes à conduire et si besoin était, à avoir le bon réflexe au bon moment pour anticiper sur des erreurs qui ne manqueront pas.
De ce fait, l’heure appelle à redoubler de vigilance sur nos axes routiers et à aborder les derniers jours de 2019 en ayant à l’esprit qu’il s’y trouve des dangers à constamment éviter. D’ailleurs, « prudence est mère de sûreté » et plus encore quand nous égrenons les derniers jours du mois de décembre et qu’aucunement, il ne faut faire confiance à la dextérité et la lucidité des autres usagers de la route. Cela suppose qu’avant tout, il dépend de chacun de nous que l’année 2019 ne batte son record de bilan macabre à cause des accidents mortels. Alors, par nos comportements responsables, ne lui donnons aucune chance d’ouvrir grandement sa rubrique favorite quand une année s’en va, lentement mais sûrement, passer le relais à la prochaine.
Cependant, puisqu’en cette période sensible, il ne faut jamais compter sur le bon sens de chacun et de tous dans la circulation, l’idéal est que nos forces de l’ordre soient à la hauteur du défi de la traque des excès et des contraventions. A ce sujet, c’est un secret de polichinelle que sans des outils appropriés, elles n’y arriveront pas. A vrai dire, j’ai cru savoir que certains de nos feux tricolores ont été dotés de radars et que des alcotests ont été acquis pour mettre hors d’état de nuire les contrevenants au code de la route. Visiblement, à ce niveau, entre les annonces de bonnes intentions et la réalité, il y a encore un monde.
Car, au moment où au Togo, en cette période de fin d’année, la mesure du déploiement des alcotests sur les axes routiers est effective, jusqu’ici au Bénin, elle s’est sans doute arrêtée à l’étape des intentions. Finalement, et au vu des actions posées de part et d’autre, il est fort à parier que la fin de l’année 2019 serait moins accidentée au Togo qu’au Bénin. Ce n’est pas un souhait. Mais, il y a des signes qui ne trompent pas. Alors, si le virage 2020 serait véritablement abordé frein à main, la Police a également sa partition à jouer. C’est pourquoi, la réduction drastique du taux d’accident avant, pendant et après la période des fêtes de fin d’année n’est pas l’apanage des seules forces de sécurité mais, est intimement liée à la conjugaison de tous les efforts.
Pour terminer, la joie d’avoir eu la vie sauve une année durant ne doit pas nous faire perdre de vue que les excès peuvent en disposer. De surcroît, la traversée sur le plan économique et sociopolitique n’a pas été du tout facile. Par conséquent, par nos comportements responsables, donnons-nous la chance d’espérer avec 2020 que nos projets les plus chers se réaliseront enfin. Mais avant, attention au dernier dangereux virage. A cet égard, roulons en étant lucides et surtout frein en main.





Dans la même rubrique