En toute sincérit : Handicapé, mais je l’aime !

La rédaction 26 octobre 2018

J’ai un amoureux, je l’aime à la folie. C’est l’amour de ma vie. Cet homme m’est destiné. Je l’aime à en mourir. Il est grand, beau, charmant et élégant. Il a tout ce qu’une femme veut chez un homme. Je suis presque sûre que Dieu l’a créé pour moi. Quand je le décris à mes proches tout le monde est conquis et reste sans voix. Ils veulent tous découvrir cet homme pour qui mon cœur bat à l’infini. Mais quand on le voit, l’enthousiasme prend un coup, c’est à croire qu’ils sont choqués. Mais qu’est-ce qui choque et étonne certains chez mon homme ? Je cherche en vain jusqu’au jour où l’un d’entre eux m’avoue que c’est son handicap.
C’est une personne en situation de handicap, mais moi je l’aime. Mon prince prend appui sur deux béquilles pour se tenir debout et marcher. Il est un handicapé moteur. Monter les marches d’un escalier est presque impossible pour lui, gravir une pente, on n’en parle pas. Mais il n’a pas choisi de se retrouver ainsi. En dépit de tout c’est un être humain comme tout autre. N’a-t-il pas le droit comme nous autres jouissant de toutes nos capacités, d’avoir une vie amoureuse ?
Je me souviens de cette artiste musicienne béninoise qui boite, elle a confié à la face du monde : « Mes parents, à ma naissance, ont oublié de me vacciner et j’ai eu la poliomyélite. C’est la raison de mon handicap ». Mais cette situation ne l’empêche pas de déborder d’énergie et de joie de vivre. Ne me demandez pas, si elle a une vie amoureuse. Tout ce que je sais, c’est qu’elle n’a rien à envier à quelqu’un qui se dit ne pas porter de handicap. Elle prend toujours la vie du bon côté, la croque à pleines dents et est toujours souriante. Un peu plus loin de nous au Mali, il y a le couple Amadou et Mariam, tous deux artistes et aveugles. L’homme perd la vue à l’âge de seize ans tandis que la femme devient aveugle à cinq ans. Ils se font connaitre au début des années 2000 et acquièrent une notoriété et une sympathie auprès du public. Malgré leur handicap visuel, ils savent que le dimanche à Bamako est jour de mariage. Leur chanson fait et continue de faire danser plus d’un. Leur talent artistique n’est plus à démontrer. Pour la petite histoire, Amadou et Mariam se sont connus en 1977 à l’Institut des jeunes aveugles de la capitale malienne. Le début d’une longue histoire d’amour et d’un duo musical. Chacun travaille déjà dans la musique. Ils sont mariés et on les surnomme « le couple aveugle du Mali ». Voilà un fait réel qui devrait convaincre les sceptiques. Ici, l’homme et la femme sont aveugles et pourtant, ils vivent une belle histoire d’amour et connaissent un succès franc.
Et quand on parle de handicap, on en distingue différentes sortes. Qu’on soit sourd, muet, aveugle malvoyant ou autre, on a un cœur qui bat. Ce qui prédispose à une vie amoureuse. Mais comment vivre pleinement cet amour quand vous êtes considéré, dans votre environnement comme une personne différente, diminuée ou plus simplement comme quelqu’un qui n’a pas le droit d’aimer. Quel dommage ! Pourquoi ne pas accepter nos différences, les uns et les autres dans la communauté et apprendre à vivre ensemble. Pour ma part, chacun de nous, handicapé ou non, a sa place et son rôle à jouer pour un monde meilleur.
Zakiath Latoundji



Dans la même rubrique