En vérité : 60 jours pour décider

Moïse DOSSOUMOU 13 mars 2020

Le jeu de cache-cache a duré jusqu’au bout. Dix jours durant, les responsables des formations politiques ont opté pour un véritable marquage à la culotte. Personne n’a voulu fournir de la matière à l’autre. En restant fidèles à leurs habitudes, ils ont entretenu le suspens jusqu’au dernier moment. Ne pouvant aller au-delà du calendrier fixé par la Commission électorale nationale autonome (Cena) pour le dépôt des dossiers de candidature entrant dans le cadre des municipales et communales du 17 mai prochain, le personnel politique s’est résolu à sortir de l’ombre. Hier, 11 mars, dernier jour réservé pour cette opération cruciale, les acteurs politiques ont fait le plein à la Cena. Dans un mouvement d’ensemble, ils se sont rués au siège de l’institution pour accomplir cette formalité très attendue. L’un après l’autre, ils ont enfin consenti à lever le voile sur les candidats qui nourrissent l’ambition de siéger dans les organes délibérants des conseils communaux pour les six années à venir.
C’est Abdoulaye Bio Tchané en personne qui a conduit la délégation du Bloc républicain. En effet, ce parti est le tout premier qui a été accueilli par Emmanuel Tiando. Accompagné, entre autres de Hervé Hehomey et de Robert Gbian, le premier responsable a tenu à diriger les opérations en personne. A sa suite, Paul Hounkpè flanqué de Théophile Yarou dont la formation politique a connu des soubresauts ces dernières semaines s’est signalé. Le parti Forces cauris pour un Bénin émergent a manifesté ainsi sa volonté de participer à ce scrutin de proximité. Désireux de figurer dans le peloton de tête, les membres de l’Union progressiste se sont joints à ce rituel. Orden Alladatin, Aké Natondé et Christelle Houndonougbo, commis à cette tâche, se sont exécutés. Sabi Sira Korogoné, leader du Mouvement populaire de libération a créé la surprise en faisant son apparition dans les murs de la Cena.
Le Mouvement des élites engagées pour le développement du Bénin dont certains candidats avaient des soucis dans la constitution des dossiers a visiblement réussi à tirer son épingle du jeu. Les têtes de pont de ce parti ne sont pas passées inaperçues hier dans la cour de la Cena. Même constat du côté du parti Force cauri pour le développement du Bénin. Ce creuset qui a évolué en toute discrétion ces derniers mois a effectué son retour au devant de la scène en manifestant sa volonté de participer à ces élections. Le seul parti dirigé par une femme à savoir l’Union démocratique pour un Bénin nouveau n’était pas du reste dans ce ballet. Les dossiers des candidats attestent de l’aptitude de cette formation politique à se jeter à l’eau. Ne voulant pas être du reste, le parti pour l’engagement et la relève dirigé par Nathanaël Koty ne s’est pas dérobé aux formalités de dépôt. Enfin, le Parti du renouveau démocratique a attendu quelques minutes avant la fermeture du portail pour se faire enregistrer. La boucle est ainsi bouclée.
A deux mois de la tenue du scrutin, les listes en compétition sont maintenant connues. Certes, il est attendu de la Cena qu’elle effectue son travail de purge et arrête la liste définitive des partis en compétition. Mais en attendant cette étape, les populations qui vont opérer un choix dans les urnes auront le temps de se familiariser et d’apprécier les candidats qui vont solliciter leurs suffrages. 60 jours, c’est largement suffisant aux électeurs pour décider. A partir de maintenant, tout change. Les candidats et leurs partis respectifs feront feu de tout bois pour s’imposer. Le corps électoral qui fera, une fois de plus, l’objet de toutes les convoitises va arbitrer le match dans l’isoloir. C’est peu dire que les candidats sont sous pression.





Dans la même rubrique