En vérité : Attention…Le Ravip en marche !

Angelo DOSSOUMOU 2 novembre 2017

Plus d’hésitation. Tant pis pour les canards boiteux. Depuis hier, l’opération Ravip est en marche. Pendant six mois, il sera question pour chacun et pour tous, d’aller se faire recenser. Et pour la réussite de cette opération d’envergure nationale, c’est parti pour non seulement une sensibilisation continue mais surtout pour la veille citoyenne. Sinon, après le Recensement administratif à vocation d’identification de la population, ce serait tard.
D’ailleurs, des maires ont déjà pris leurs responsabilités et ont invité leurs administrés à aller se faire enregistrer. Et jusqu’ici, l’opération se déroule normalement. À temps, dans les zones de collecte, les recenseurs et les kits ont été déployés et n’attendent que de se mettre au service des populations. A la vérité, quand on aura fini avec le Ravip, l’état civil du Bénin gagnera énormément en modernité.
Mais, en dépit des nombreux avantages du Ravip, il n’empêche qu’il traîne sur son dos, l’obstination ‘‘ outil à vocation électorale’’. Evidemment, la confiance n’exclut pas le contrôle, surtout en politique. Dès lors, l’opération de recensement lancée, c’est le moment plus que jamais d’avoir l’œil ouvert. D’abord, et comme certains d’entre eux sont convaincus que du Ravip à la liste électorale, il n’y a qu’un pas, qu’ils n’attendent donc pas d’être surpris. Prévenir et toujours prévenir. Cela revient à rester tous éveillés, pour qu’après, personne ne vienne chanter qu’il est le dindon de la farce.
Maintenant, pour ce qui est du Ravip, l’erreur à ne pas commettre, c’est de remettre à demain quand il est possible de se faire enregistrer aujourd’hui. Autrement dit, il n’y a pas lieu de craindre l’engouement des premiers jours pour finalement constater que comme soi, la grande masse a fait le mauvais choix.
En définitive, c’est risqué et inopportun de penser qu’environ 180 jours, c’est une éternité. Et pour ceux qui se laissent facilement abuser, c’est d’avaler que le Ravip est une affaire de politiciens et qu’ils n’y ont aucun intérêt. Une fois encore, avec l’outil en gestation, c’est l’assurance d’être facilement identifié à travers un numéro personnel, et de se faire gratuitement délivrer une carte biométrique. Alors, entre être recensé et ne pas être recensé, il n’y a même pas à réfléchir.
De toute façon, ceux des politiciens qui émettent bruyamment des réserves sur le Ravip prendront, à coup sûr, toutes les dispositions pour ne pas être des laissés pour compte. Maintenant, s’ils en arrivent, et c’est d’ailleurs ce qui est souhaitable, à faire des constats pertinents pour l’amélioration de l’opération, ils devraient être écoutés. Mais, si c’est juste gloser pour la forme, qu’ils passent leur chemin et laissent le Ravip pousser son cri de vie.
D’ici à là, s’il est avéré qu’il est plus fiable que la Lépi et devrait servir de liste pour aller aux prochaines élections, la suite dépendra d’un consensus de la classe politique. Mais, ce qui nous intéresse nous autres, c’est la vocation première du Ravip à savoir : une carte qui nous simplifie la vie. Et comme nous ne sommes pas faits pour des regrets, trêve de bavardages et de polémiques inutiles, c’est l’heure de passer à l’action !



Dans la même rubrique