En vérité : Et la Lépi 2018 fut !

Moïse DOSSOUMOU 17 janvier 2019

Salve d’applaudissements pour le Cos-Lépi. Pour une fois, les députés commis à la tâche d’actualisation du fichier électoral ont accompli leur mission avec diligence et sans polémique. L’équipe conduite par Janvier Yahouédéou vient de prouver qu’il est possible de toiletter la liste électorale sans que cet exercice, quoique délicat, ne suscite des remous. Dans la plus grande discrétion, les neuf députés désignés par la Représentation nationale à savoir cinq par la majorité et quatre par la minorité ont réussi à accorder leurs violons. Elle est révolue l’époque au cours de laquelle les élus du peuple qui se retrouvent au sein de cet organe passaient le clair de leur temps à se manger le nez. De juillet 2018 à janvier 2019, les députés ont servi la Nation sans soulever des vagues. La traditionnelle question liée au budget qui a toujours fait hausser le ton de part et d’autre a été vidée cette fois-ci sans contestation.
Cela va de soi que le mérite de Janvier Yahouédéou et de ses pairs soit salué. Hier dans les locaux de la Commission électorale nationale autonome (Cena), la liste électorale en sa version actualisée a été dévoilée. Sur près de douze millions de Béninois, 5 037 785 ont passé l’étape de la majorité contre 4 746 348 en 2016. Constituant le corps électoral, ils sont appelés aux urnes le dimanche 28 avril prochain. La seule ombre au tableau de la prouesse à l’actif de cette mandature du Cos, est la non distribution des cartes d’électeurs aux nouveaux majeurs. C’est dire que les citoyens qui ont atteint l’âge de 18 ans au lendemain de la présidentielle de 2016 ne sont pas encore en possession du précieux sésame sans lequel ils ne peuvent voter. La boucle sera bouclée lorsque d’ici la fin du mois de janvier, les travaux d’impression et de distribution desdites cartes seront achevés.
Au demeurant, il sied de retenir qu’en six mois, la mandature actuelle du Cos a obtenu de précieux résultats à savoir la supervision des formations aux techniques et principes d’actualisation de la Lépi, le déploiement des outils de collecte des données et l’affichage des listes électorales provisoires, la collecte des données de réclamation, de transfert, d’inscription et de radiation, la supervision du chargement des kits biométriques aux fins de la phase d’enregistrement complémentaire, la supervision de la prise en compte des omis et des citoyens autorisés par la Cour constitutionnelle à intégrer le Fichier électoral national, l’identification des nouveaux majeurs, l’extraction de la Lépi et sa publication dans les médias, conformément à la loi. Cette liste fraîchement remise à la Cena veut répondre aux critères de sincérité, d’exhaustivité et de transparence. Outre le chiffre global des électeurs au plan national, des chiffres au niveau des départements ont également été rendus publics.
C’est l’Atlantique qui arrive en tête avec à son compteur 773 129 électeurs suivi de l’Ouémé qui totalise 614 490 votants. Avec 571 284 électeurs, le Borgou arrache la 3ème place. A sa suite, on retrouve le Zou qui compte 448 632 votants, le Littoral 412 987 électeurs, l’Alibori 397 414 votants, les Collines 342 742 électeurs, le Couffo 331 402 votants, l’Atacora 330 283 électeurs, le Plateau 289 501 votants, le Mono 258 904 électeurs. La Donga ferme la marche avec 221 631 votants. Quant aux Béninois de l’extérieur inscrits sur la liste électorale, ils forment un total de 45 386 électeurs. Les inquiétudes liées à la non disponibilité de la liste électorale étant maintenant dissipées, les regards sont tournés vers la Cour constitutionnelle et la Cena. L’organisation matérielle du scrutin, la proclamation des résultats et la gestion du contentieux qui en découlera sont de leur ressort. Sur ce coup, Emmanuel Tiando et Joseph Djogbénou sont vivement attendus.





Dans la même rubrique