En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière

Moïse DOSSOUMOU 19 février 2019

Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée l’ombre d’elle-même pendant des décennies. Cet aspect terne et peu attrayant qu’elle présente aujourd’hui est entrain d’être conjugué au passé. La volonté politique aidant, ce joyau naturel et culturel méritera son nom et sa place sur le patrimoine national. « Réinventer la cité lacustre de Ganvié », c’est ainsi qu’est dénommé le projet inscrit dans le Programme d’actions du gouvernement (Pag) et qui vise à réhabiliter entièrement cet attrait touristique laissé à lui-même depuis des lustres. Annoncés depuis bientôt trois ans, les travaux entreront incessamment dans leur phase active pour le bonheur des populations locales, des touristes, des communes et de l’Etat central. Il était temps que Ganvié se débarrasse de sa laideur pour arborer des vêtements de splendeur. Longtemps annoncé, ce projet véritablement ambitieux est sur le point de démarrer.
C’est le jour dédié à la célébration de l’amour que le gouvernement a choisi pour passer à l’offensive. Le jeudi 14 février dernier, le site a été officiellement remis à l’entreprise adjudicataire en charge de la pose des bouées. Les travaux de cette première phase de balisage couvrent une superficie de 10km et s’étend de l’embarcadère principal sis à Abomey-Calavi jusqu’au village de Vêki. Désireux de rester conforme au vœu et aux aspirations du gouvernement, l’entrepreneur a lui aussi décidé de parer au plus pressé. Il annonce le démarrage des travaux physiques dans trois mois, soit en mai 2019. Exécutée selon les normes internationales de la navigation, sa prestation consistera à poser des bouées lumineuses espacées entre elles de 100m et alimentées par des piles solaires d’une autonomie d’une vingtaine de jours. Il est plus qu’évident que le balisage changera le visage de ce village lacustre qui sera particulièrement lumineux à la nuit tombée.
De couleur rouge et verte, ces balises qui font tant défaut aujourd’hui permettront de traverser la localité avec facilité, de jour comme de nuit. Grâce à ces travaux, le circuit touristique se dégagera de lui-même et les guides ne procèderont plus par tâtons comme c’est le cas depuis tant d’années pour orienter les touristes venus contempler la vie sur l’eau. Toujours dans le cadre de ce projet dont la concrétisation donnera une valeur ajoutée à ce milieu, il est prévu la création d’une vingtaine de places publiques, la reconstruction des marchés flottants, du collège de Ganvié et du centre de santé ; la mise en place d’un bateau médicalisé ; la réalisation des points d’eau de distributions d’eau potable ; la mise en place de circuits culturels ; l’amélioration de l’hébergement et plusieurs autres infrastructures. Toutes ces nouveautés sont censées redorer le blason de Ganvié, site touristique célèbre qui végète par contre dans un état insalubre à nulle autre pareille.
La volonté politique qui entend faire de la « Venise de l’Afrique », un site touristique digne du nom, se concrétise. Les touristes, qu’ils soient nationaux ou étrangers, ne bouderont plus leur plaisir de se rendre dans cet endroit pittoresque où le séjour sera des plus agréables. L’impression tenace de déception voire de dégoût qui anime les visiteurs au vu de l’état de cette merveille ne sera fort heureusement plus d’actualité. la politique gouvernementale dans le secteur touristique aborde un virage important. Très peu de personnes ont cru en ce projet gigantesque pour Ganvié. Le gouvernement vient de montrer sa détermination quant à sa réalisation. Un suivi strict sur le terrain mettra davantage la pression sur l’entrepreneur qui sera obligé de respecter son cahier de charges. Après cela, les autres étapes de la réinvention de Ganvié pourront suivre.





Dans la même rubrique