En vérité : Hôpital de référence à l’horizon !

Angelo DOSSOUMOU 27 mars 2018

115 milliards de Francs CFA. Un financement de type crédit-acheteur pour la réalisation du projet d’un centre hospitalier universitaire aux normes internationales à Abomey-Calavi. Depuis sa dernière visite à Macron à Paris, c’est un secret de polichinelle que l’ambition du gouvernement Talon est de permettre au plus grand nombre de Béninois d’avoir accès à des soins de qualité et dans un environnement de référence.
Eh bien désormais, avec le protocole d’accord signé ce vendredi entre l’Etat du Bénin et le groupe français Bouygues international, il est plus que jamais question de concrétisation d’un projet phare à l’ère de la rupture. De toute façon, de plus en plus, pour l’hôpital de Calavi, l’horizon s’éclaircit. Déjà, courant le mois de juin, bien évidemment avec Bouygues, le contrat pour la réalisation du projet sera officiellement signé.
Et, dès septembre 2018, les premiers coups de pioche pour le complexe de référence au standard européen avec plus de 430 lits se feront entendre. Cerise sur le gâteau, un plateau technique de dernière génération et aussi des spécialistes de haut niveau pour l’offre de soins et des opérations chirurgicales sont prévus.
Mais d’abord, intéressons à Bouygues international, l’adjudicataire du projet du futur hôpital de Calavi. Grande entreprise des travaux publics, notamment dans la construction des complexes sanitaires, le groupe français, au vu de son expérience tant en Afrique qu’en Europe, n’est pas un choix par défaut. Même si, ce serait une myopie intellectuelle de ne pas reconnaître que la France a certainement pesé lourd quant à la sélection de Bouygues, le plus important est qu’à l’arrivée, les travaux et les équipements soient à la hauteur des attentes.
En principe, 115 milliards pour l’ambitieux hôpital de référence de Calavi, ça devrait largement suffire. En plus, un contrôle régulier des travaux par la partie béninoise et le risque d’une déception serait complètement écarté. Sans être dans le secret des dieux, il est quasi impossible que la montagne accouche d’une souris. Car, contrairement aux mauvaises pratiques enregistrées dans les passations des marchés à l’interne, je vois mal comment des intrus pourraient s’inviter au festin du Groupe Bouygues international au Bénin.
D’ailleurs, projet ‘‘France merci’’ et très cher au président Patrice Talon avons-nous dit. Et, au temps de la Rupture et de la reddition de compte sommes-nous désormais. Alors, pour l’hôpital de référence de Calavi, les feux devraient nettement être au vert. Mais, au pays des dessous de table et des éléphants blancs, on n’est jamais assez prudent. Déjà, au carrefour de la suspicion, Calavi, devant l’hôpital de référence de Niamey construit par la Chine, devra, tôt ou tard, s’attendre à justifier son coût.
Là, on nous parle d’un investissement de 44 milliards de FCFA pour 500 lits et sur une superficie de 16 hectares. Seulement, qui n’a pas fait l’enquête n’a pas droit à la parole et qui veut comparer Calavi à Niamey doit véritablement maîtriser son sujet. Mais, avec 115 milliards de FCFA, légitimement, les Béninois, pour leur hôpital, méritent tous les superlatifs de la référence !



Dans la même rubrique