En vérité : Le Hadj du savoir-faire !

Angelo DOSSOUMOU 21 août 2017

Il se confirme pour l’organisation réussie du Hadj. L’adage, jamais deux sans trois sied bien à l’édition 2017 du convoyage des pèlerins à la Mecque à l’ère du Nouveau départ. Si l’année dernière, certains peuvent, légitimement, évoquer le hasard, avec ces deux réussites consécutives, ce serait faire preuve de mauvaise foi que de ne pas reconnaître le mérite des organisateurs. De toute façon, muets d’admiration eu égard à la dextérité dans l’organisation de leur convoyage à Djeddah, les milliers de pèlerins en partance du Bénin le sont depuis l’avènement du régime Talon. Désormais, sans crainte, ils savent que du postulat au voyage sur la Mecque, il n’y a que la barrière des moyens à débourser.
Ainsi, à défaut de confirmer un savoir-faire d’exception, le Hadj 2017, une fois encore, met tout au moins les autorités compétentes à l’abri des critiques. Deux ans auparavant, une organisation du Hadj sans polémique, c’était une prouesse. Malgré les tapages, il y avait toujours à redire sur le convoyage. Mais plutôt que des discours, sous la Rupture, on retiendra l’image d’une équipe organisationnelle soudée et des actes à la hauteur des attentes. Conséquence, à l’exception du vol inaugural légèrement reporté de quelques jours, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Beaucoup mieux que sans grand bruit, le premier vol charter est parti samedi, avec 306 pèlerins à bord. Ensuite, assurance est donnée qu’il s’ensuivra une série de six vols affrétés par l’Etat béninois pour le transport d’à peu près 2000 pèlerins en Arabie Saoudite. A ceux-ci s’ajoutent un peu plus de 1200 autres dont soixante se sont déjà envolés pour Djeddah par vol régulier de la compagnie Ethiopian Airlines le 14 août 2017. Pour être plus complet sur le convoyage, le dernier vol charter à destination de Djeddah quitte Cotonou le 25 août. Ceci, pour se conformer aux exigences des autorités saoudiennes qui ont fixé le délai d’entrée sur leur territoire au 27 août. Avant donc leur retour à Cotonou du 18 au 27 septembre, les milliers de pèlerins béninois candidats au Hadj 2017 ont, a priori, la certitude qu’à partir du 31 août, ils sacrifieront au cinquième pilier de l’Islam.
Mais, toujours est-il que par rapport à l’organisation du Hadj 2017, les regards sont dorénavant tournés vers les sous-comités santé, sécurité, accueil et hébergement. Déjà sur le plan sanitaire, s’il est prévu en plus des médecins ou infirmiers d’Etat désignés par la trentaine de groupes de convoyage, une équipe de médecins dans la délégation officielle et des cantines de médicaments, l’attention et la disponibilité des agents seront très capitales. Pour ce qui est de la sécurité, de l’accueil et de l’hébergement des pèlerins, les appréhensions demeureront tant que le séjour jusqu’à mi-septembre à Djeddah ne donnera pas son verdict. En attendant, apprécions, à sa juste valeur, la solidarité agissante entre ministères sectoriels pour satisfaire aux exigences d’une bonne organisation du Hadj et veillons pour un suivi qui ne demande qu’à être rigoureux jusqu’au retour des Aladji dans leurs foyers respectifs. Après ça, on peut dire enfin adieu et définitivement adieu au polémique pré et post Hadj au Bénin !



Dans la même rubrique