En vérité : Séduire à tout prix

Moïse DOSSOUMOU 25 septembre 2019

Ils ont investi le terrain. Regroupés au sein de leurs creusets respectifs, les acteurs politiques donnent de plus en plus de la voix. 5 mois après les législatives et à 9 mois des municipales, communales et locales, le marché politique s’anime. Le regain d’activités noté ces derniers temps est le signe que les choses bougent. L’imminence des prochaines élections décuple les passions. « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », enseigne l’adage. Ne voulant pas rester en marge de ce grand rendez-vous politique et surtout dans le souci de renforcer les bases de leurs partis, les hommes et les femmes qui ont fait le choix de « servir » la Cité multiplient les initiatives. Plus que quelques semaines et l’effervescence sera totale. Bien qu’ayant participé seuls, par un concours de circonstances, aux dernières législatives, le Bloc républicain et l’Union progressiste ont de la compagnie dans l’arène politique.
Le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) ne veut pas se faire conter les prochains événements. En vue d’y prendre une part active, ses têtes de pont s’organisent. C’est ainsi que le samedi 14 septembre dernier, le premier Conseil national du parti s’est tenu à Agblangandan dans la commune de Sèmè-Podji. Cette rencontre vient baliser le terrain du prochain congrès prévu pour se dérouler à Abomey en novembre prochain. Les participants et le bureau politique ont saisi l’occasion pour faire le tour d’horizon des questions diverses et entériner certaines décisions. Pour un parti né il y a à peine quelques mois, il faut reconnaître que ses dirigeants sont loin d’être timorés. Pendant ce temps, le Bloc républicain s’apprête pour effectuer sa rentrée politique. Il y a quelques jours, le bureau s’est réuni au siège flambant neuf du parti, pour ainsi dire, inaugurer les locaux et opérer les réglages avant de se jeter à nouveau à l’eau.
Sortie victorieuse des législatives d’avril 2019, l’Union progressiste a pris une petite avance sur le terrain. La commune d’Abomey-Calavi a accueilli au début du mois une activité dénommée « les journées de l’Union progressiste ». En toile de fond, le profil du militant parfait. A cette fin, les hommes et femmes qui ont adhéré à l’idéologie, à la vision, aux principes et valeurs de ce parti ont été abreuvés de divers enseignements. Fidèle à sa tradition, le Parti du renouveau démocratique (Prd), écarté des législatives d’avril 2019, nourrit toujours de grandes prétentions politiques. Adrien Houngbédji et la famille arc-en-ciel s’imposent au souvenir des Béninois le week-end prochain. Une mobilisation de taille est annoncée du côté du stade Charles de Gaulle de Porto-Novo pour l’édition 2019 de l’université de vacances du parti. « Les réformes politiques : quelles perspectives pour le Prd ? ». C’est ce thème qui servira de base aux échanges qui vont meubler cette rencontre annuelle de réflexion.
Conquérir et exercer le pouvoir, tel est le fondement de tout parti politique. Ces diverses rencontres qui interviennent au lendemain de la réforme du système partisan et des législatives 2019 qui ont ébranlé l’édifice démocratique béninois, sont le témoignage de ce que les acteurs politiques ont décidé d’assumer leurs différents choix. Les règles du jeu ayant changé, ils font feu de tout bois pour demeurer et surtout s’imposer sur la scène publique. C’est là que la partie s’annonce intéressante. Seule ombre au tableau, les formations politiques qui s’illustrent sur le terrain, en dépit de leurs différences, sont toutes de la mouvance présidentielle. Elles soutiennent ardemment les actions du gouvernement et de son chef. L’activisme des partis d’opposition est très attendu. A leur décharge, il faut reconnaître que le contexte ne plaide pas en leur faveur. Presque tous évoluent dans la clandestinité. Il y a quelques jours, le parti Fcbe a réussi à tirer son épingle du jeu. Mais la facture risque d’être salée pour cette formation politique.



Dans la même rubrique