En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires

Moïse DOSSOUMOU 14 février 2019

Chose promise, chose due. Lorsqu’il présentait en fin décembre 2018 son discours sur l’état de la Nation, Patrice Talon avait déclaré que l’année 2019 sera celle du social. Quelques jours plus tard, à l’occasion de la saint Sylvestre, le chef de l’Etat réitérait son engagement à l’orée de la nouvelle année. Une fois en 2019, les actions annoncées se déroulent au fur et à mesure. Il n’y a pas longtemps, les retraités ont bénéficié d’une mesure qui leur permettait de rentrer en possession de certains acquis. Nombre d’entre eux, à force d’attendre que le gouvernement se penche sur leur situation, n’espéraient plus capter ces gains. Dès que la décision a été prise et annoncée, les instructions ont été données pour qu’elle soit exécutée illico presto. C’est ainsi que le mois dernier, des colonies de retraités ont retrouvé le sourire qu’ils avaient perdu depuis des lustres.
Poursuivant dans cette dynamique, Patrice Talon vient encore de prouver sa bonne foi. Hier en Conseil des ministres, « la situation de la dette salariale de l’Etat liée au défaut de paiement, jusqu’en 2016, de l’incidence financière des divers actes d’avancement et de promotion des travailleurs » a été examinée. Les conclusions sont plutôt heureuses pour les travailleurs. Cette fois, ce sont les agents de l’Etat encore en activité qui sont à l’honneur. Le gouvernement vient « d’allouer une enveloppe financière supplémentaire au paiement, au titre du mois de février 2019, des arriérés dus aux fonctionnaires ». « En plus du milliard mensuellement destiné à éponger cette dette, un montant supplémentaire de deux milliards sera débloqué », tout ceci au profit des fonctionnaires. C’est donc une fin de mois heureuse qui s’annonce pour les agents publics qui ne bouderont pas leur plaisir. Eux aussi ont longtemps attendu, ils seront bientôt servis.
Ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, « le Conseil rassure l’ensemble des agents de l’Etat que ces efforts vont se poursuivre au fur et à mesure que le gouvernement dégagera des marges sur la trésorerie ». Le moins qu’on puisse dire est que le chef de l’Etat a tenu parole. Pour rappel, en décembre 2018, lorsqu’il recevait les responsables des organisations syndicales, il a pris un certain nombre d’engagements pour décrisper un tant soit peu l’atmosphère sociale. Il a suffi de quelques semaines seulement pour que la promesse du locataire du palais de la Marina soit respectée. Les leaders syndicaux qui ont l’habitude de déplorer le non respect des engagements pris par les gouvernants ne peuvent plus brandir cet argument à l’avenir. Ils font l’expérience d’un partenariat plutôt fructueux avec l’Exécutif qui s’est engagé à éponger les dettes de l’Etat vis-à-vis des travailleurs.
Depuis le 6 avril 2016 où il préside aux destinées du Bénin, l’une des critiques les plus acerbes prononcées à l’encontre de Patrice Talon et de son gouvernement, est le peu d’intérêt accordé au social. L’énoncé et la mise en œuvre des réformes ont préoccupé dans un premier temps l’Exécutif et son chef. Après presque trois années de gouvernance, il est venu le temps de soulager les peines des populations. Les prochains mois réservent encore des surprises à toute la communauté nationale. Le mois dernier, les retraités étaient à l’honneur. Ce mois-ci, c’est le tour des agents en activité. Les autres couches socio-professionnelles ne seront pas du reste au cours des semaines et mois à venir. Dans presque tous les domaines, chaque citoyen pourra se sentir impacté par la somme des mesures sociales prises par le gouvernement. C’est d’ailleurs ce qui doit être.



Dans la même rubrique