65ème Pèlerinage marial national à la Grotte de Dassa-Zoumé : Des milliers de catholiques comblés au pied de Notre Dame d’Arigbo

La rédaction 20 août 2019

Du 16 au 18 août 2019 à Dassa-Zoumé, des milliers de fidèles catholiques du Bénin et de la sous-région ont vécu la 65ème édition du pèlerinage marial national. À l’occasion, une messe pontificale a été dite, ce dimanche 18 août 2019, par Jean Cardinal Zerbo, Archevêque de Bamako au Mali.

« Marie, modèle de tout engagement missionnaire ». Tel est le thème proposé par la Conférence Episcopale du Bénin pour la 65ème édition du pèlerinage aux pieds de Notre Dame de la Paix d’Arigbo de Dassa-Zoumé. Un thème qui s’enracine dans ce passage de l’Écriture : « Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée » (Luc 1, 39). Le jaune utilisé comme couleur liturgique en lieu et place du vert est le symbole du choix de la Conférence Épiscopale du Bénin pour magnifier la Sainte Vierge Marie en tant que femme de foi, d’espérance et comme femme modèle à suivre dans une vie chrétienne authentique. Par ailleurs, l’Évangile du jour, extrait de Luc 12, 49-53, lève un coin de voile sur la mission de son fils Jésus-Christ sur terre. « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! [...] Car désormais 5 personnes de la même famille seront divisées », disait-il à ses disciples. Ainsi, dans son homélie, son Éminence le Cardinal Zerbo fait-il le constat qu’être chrétien est une croix à porter parmi les siens comme le Christ même en a donné le bon exemple. Mais, il n’est pas difficile de l’assumer. « Avec la Vierge Marie, modèle de tout engagement missionnaire, nous le pouvons si nous savons lui faire confiance », a-t-il conclu. Aussi faut-il noter que c’est une aubaine pour les hommes politiques du Bénin de savoir combien ils ont à s’investir dans l’enracinement de la paix véritable et durable dans le pays. À ce propos, Aristide Gonsallo, Évêque de Porto-Novo a présidé la prière de paix que tous les chrétiens catholiques béninois sont tenus de dire pour le Bénin. Une bénédiction solennelle a été donnée à la fin de la célébration eucharistique par l’Archevêque de Bamako, entouré des Évêques et Prêtres concélébrants.
Sébastien WOINSOU (Stag.)





Dans la même rubrique