Cérémonie annuelle au couvent "Sakpata" à Koko : 9 nouveaux adeptes font leur entrée dans le cercle des fétichistes

2 décembre 2022

Les populations de la commune de Bantè dans le département des Collines ne sont pas restées en marge de la cérémonie annuelle au couvent "Sakpata" dans le village Koko dans la commune de Bantè il y a de cela quelques jours. Nombreux étaient les adeptes de "Sakpata" et dignitaires religieux venus de tous les arrondissements de la commune de Bantè pour rehausser l’éclat des manifestations riches en couleurs. Ce jour, les adeptes de cette divinité ont défilé et chanté. Pagne noué à la taille, longues perles multicolores au cou, aux bras et aux genoux, ils avancent dansant au son des tambours vers l’emplacement à eux réservé. Avant la cérémonie proprement dite, l’honneur a échu au président CNCVB, vénérable Hounninsin Balogoun de prononcer la prière consacrée. « Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne santé, la prospérité dans les affaires, que les plantes portent de bons fruits, que le travail salarié prospère, que les femmes soient fécondes et que le marché soit florissant », proclame-t-il. Il faut préciser qu’avant lui, une prière de bénédiction en l’honneur des vivants présents et des morts dans l’au - delà a été dite d’entrée par trois chefs religieux.

Effusion spirituelle
A la suite de ces prières, vient ensuite l’instant fatidique d’effusion spirituelle et d’immolation de bêtes. Le dispositif mis en place exige le silence absolu de toute l’assemblée. Le chef religieux qui officie la cérémonie prononce la litanie. Cette phase a duré une quarantaine de minutes sous le regard admiratif du public et des autres fétichistes venus des villages environnants. La consultation de l’oracle, selon le pontife qui dirige la cérémonie, annonce de bonnes perspectives en faveur des neuf nouveaux adeptes qui font leur entrée dans le cercle des fétichistes. Il insiste cependant sur l’unité, la patience et la tolérance des nouveaux initiés. Le maître de la cérémonie a déclaré ensuite à l’assemblée que le vaudoun, c’est le symbole de l’attachement des populations à leur valeur culturelle. Nous ne pouvons que ressentir de la fierté à ces occasions, se réjouit-il.





Dans la même rubrique